Archives pour la catégorie JOURNALISME

LES DEUX CENTS FAMILLES

Deux cents familles

L’expression « deux cents familles » désignait les deux cents plus gros actionnaires (sur près de 40 000) de la Banque de France pendant l’Entre-deux-guerres. Avant la réforme de 1936, ils constituaient l’Assemblée générale de la Banque de France.

 

Le slogan a été lancé par Édouard Daladier, président du Conseil, lors du Congrès radical de Nantes en 1934 :

« Deux cents familles sont maîtresses de l’économie française et, en fait, de la politique française. Ce sont des forces qu’un État démocratique ne devrait pas tolérer, que Richelieu n’eût pas tolérées dans le royaume de France.

L’influence des deux cents familles pèse sur le système fiscal, sur les transports, sur le crédit. Les deux cents familles placent au pouvoir leurs délégués. Elles interviennent sur l’opinion publique, car elles contrôlent la presse. »

 

 

Dans le contexte de la Grande Dépression économique des années 1930, le slogan des « 200 familles » a été très largement repris, par des milieux politiques aussi opposés que l’extrême-droite largement antisémite, des anti-fascistes tels les anarchistes, le Front populaire, et même Léon Trotsky, qui écrit « Dans le cadre du régime bourgeois, de ses lois, de sa mécanique, chacune des « deux cents familles » est incomparablement plus puissante que le gouvernement Blum » (Où va la France ?, 1936).

Après avoir été un thème de campagne électorale, le système de régence fut réformé par une loi du Front populaire, le 24 juillet 1936 :

  • Un gouverneur, assisté de deux sous-gouverneurs, continue de diriger la Banque ;
  • Il n’a plus à justifier de la propriété d’actions de la Banque ;
  • La pratique du serment, tombée en désuétude, est rétablie ;
  • Le conseil général regroupe le gouverneur, les deux sous-gouverneurs, les trois censeurs élus par l’assemblée et vingt conseillers (remplaçant les quinze régents précédents) : deux sont élus par l’assemblée, neuf représentent les intérêts de la nation, huit sont choisis au titre des intérêts économiques et des usagers du crédit, un est élu par le personnel de la Banque ;
  • Par souci d’égalité, au sein de l’assemblée générale, 1 actionnaire = 1 VOIX

Source :  Wikipedia

Cliquez sur la vidéo ci-dessous

Gabriel Milesi, journaliste revient sur les 200 familles de l’…

Par Marie Bénilde
Journaliste.

L’économie française se caractérise par l’importance de son capitalisme familial. En 2003, selon M. Claude Bébéar, « quinze familles contrôlent près de 35 % de la place de Paris, ce qui constitue un record européen ». Or, sur les quinze premières fortunes françaises, cinq ont des intérêts dans les médias :

-MM. Bernard Arnault (La Tribune, Investir, Radio Classique),

-François Pinault (Le Point, Historia, La Recherche),

-Serge Dassault (Valeurs actuelles, 30 % du Figaro, de L’Express, du     Progrès de Lyon, de La Voix du Nord…),

-Jean-Claude Decaux (JC Decaux, Avenir) et Francis Bouygues (TF1, LCI, TPS…).

Suivent, dans les cent premières places du classement ,

-Pierre Fabre (Sud Radio),

-Jean-Paul Baudecroux (NRJ),

-la famille Hersant (70 % du Figaro, de L’Express, du Progrès de Lyon…),

-Elisabeth Badinter (12 % de Publicis),

-Philippe Amaury (Le Parisien, L’Equipe),

-Claude Berda (RTL9),

-Arnaud Lagardère (Europe 1, Paris Match, le Journal du dimanche…)

-la famille Seydoux (Gaumont, Pathé).

 

La plupart de ces grands noms, qui ont recours à la Bourse pour valoriser leur fortune professionnelle, sont des héritiers d’empires industriels :

Dassault, Bouygues, Lagardère,

ou encore Schlumberger pour les Seydoux.

D’autres, comme MM. Jean-Claude Decaux ou François Pinault, ont organisé leur succession en confiant les rênes de leur entreprise à leur descendance

MM. Jean-François et Jean-Charles Decaux, ou François-Henri Pinault.

Quant à M. Bernard Arnault, il vient de faire entrer au conseil d’administration de Louis Vuitton-Moët Hennessy (LVMH), qu’il préside, sa fille Delphine, 28 ans…

Tous tirent profit de leur place dans les médias pour consolider leur position patrimoniale. Car un journal ou une télévision permettent aussi d’associer à une fortune des mots ou des images qui donnent du sens à l’arbitraire d’un héritage.

Peut-on évaluer l’enjeu d’une telle hégémonie familiale dans les médias ?

M. Antonio Di Pietro, qui a mené en Italie l’opération « Mains propres », évoque la menace d’un « nouveau féodalisme » caractérisé par l’existence de « groupes détenant de grands pouvoirs dans l’économie et les médias, qu’ils utilisent ensuite pour placer leurs hommes à la tête de l’Etat ».

Sans aller jusque-là, on peut s’interroger sur le rôle exercé par les grandes familles propriétaires de médias dans l’intériorisation par les médias eux-mêmes de l’ordre établi par la reproduction des élites.

Des grandes familles perpétuent leur pouvoir à la façon d’une société aristocratique, en recherchant dans les leviers de communication le moyen de contrôler l’opinion.

Jacques Bouveresse a montré, dans son livre sur Karl Kraus, que la presse est d’autant plus précieuse que son pouvoir n’est vraiment contestable que par elle-même. C’est, écrit-il, « le seul pouvoir réellement absolu  ». Le rêve de toute puissance dynastique.

Marie Bénilde.
France
Économie
Entreprise
Industrie
Médias

 

 

 

FLUX RSS

 

EXCELLENTE HISTOIRE………….!!! de journalisme

 On peut se demander si ce n’est pas du vécu ……. 
> Un homme est en vacances et visite un zoo quand il voit une petite fille se pencher sur la cage du lion.
      Soudain, le lion l’attrape par la manche de sa veste et tente de la tirer à l’intérieur. 
     L’homme s’élance vers la cage et frappe le lion en plein sur le nez d’un puissant coup de poing.
      Gémissant de douleur, le lion saute en arrière relâchant la petite fille.
>      L’homme la ramène à ses parents terrifiés, qui le remercient infiniment.
 Un journaliste de Libération a vu tout l’événement.
      Le journaliste dit à l’homme:
« Monsieur, ce fut la chose la plus vaillante et courageuse que j’ai vue faire de ma vie ». 
     L’homme répond :
« Pourquoi, ce n’était vraiment rien. Le lion était derrière les barreaux. J’ai vu cette gamine en danger et j’ai agi comme je le sentais. »
     Le journaliste dit:
 » Eh bien, je vous assure que cela ne passera pas inaperçu. Je suis journaliste et le journal de demain aura cette histoire en première page … Alors, que faites-vous dans la vie et quelle affiliation politique avez-vous? « 
   L’homme répond :
« Je sers dans l’armée française et je vote à droite »
     « Vraiment à droite ??.. Quand même pas pour le FN ?… »
     « Et pourquoi pas? »
> Le matin suivant, l’homme achète le journal et lit sur la première page :
      » Un militaire fasciste brutalise un immigré africain et lui vole son déjeuner. » 
FLUX  RSS
>
>
>
>
>
> >
 

LE STATUT DE FONCTIONNAIRE INTERNATIONAL DISPENSE DE PAYER DES IMPOTS

LE STATUT DE FONCTIONNAIRE
INTERNATIONAL DISPENSE DE PAYER
DES IMPOTS
 
On peut en effet se  demander pourquoi  ?  mais cela va avec le reste :
tout  ce qui touche à la politique est payé grassement, sans exception !
! ce n’est pas dans cette catégorie de métier que l’on pratique le
bénévolat. Loin s’en faut.
La directrice générale du FMI Christine Lagarde créé encore la polémique
La directrice générale du FMI Christine Lagarde créé encore la polémique

Après s’être attirée les foudres du peuple grec qu’elle exhorte à payer ses impôts, la directrice générale du FMI se trouve au coeur d’une polémique basée sur son statut fiscal spécifique de fonctionnaire international.

 

Pour attirer l’attention, le journaliste a titré : 

 

  CHRISTINE LAGARDE ne paie pas d’impôts.

 

 

mais il faut savoir que ce n’est pas spécifique à CHRISTINE LAGARDE 

mais à son statut de fonctionnaire international :


un exemple DSK ne payait pas non plus d’impôt, pour les mêmes raisons

 

 

 Mais , curieusement, le journaliste n’avait rien trouvé à redire jusque là.

 

 

Ce n’est pourtant pas CHRISTINE LAGARDE qui  est à l’origine de ce passe droit  ! ! !

 »

 

Ne payons-nous pas d’impôts, en FRANCE  ? ?

je ne vois pas pourquoi on en paierait encore davantage pour les Grecs :

 

 » CHARITE  BIEN ORDONNEE COMMENCE PAR

 

SOI-MEME  » .

 

 

QUEL CURIEUX METIER QUE CELUI DE

 

JOURNALISTE :  Jusqu’ici je pensais que leur

rôle était de nous informer, non pas de faire

scandale.

 

 

 

Flux RSS

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1