Archive pour février, 2013

TÉMOIGNAGES / PMA : le malaise d’enfants nés d’un don

ACTUALITÉ Politique  Figaro.fr
Clément Roussial, né grâce à une insémination artificielle avec donneur anonyme.
Clément Roussial, né grâce à une insémination artificielle avec donneur anonyme.
http://www.lefigaro.fr/politique/2013/02/08/01002-20130208ARTFIG00628-pma-le-malaise-d-enfants-nes-d-un-don.php?m_i=x_ux322uVzBK6XCh%2BJZ4vhoTUrC%2BvdLG7cMjjpiO9jpKueex_

TÉMOIGNAGES -

TÉMOIGNAGES  /  PMA : le malaise d'enfants nés d'un don dans SOCIETE coeur-«Nous sommes une génération d’abandonnés, orphelins de nos origines»… À l’heure où la question de la procréation médicalement assistée revient sur le devant de la scène médiatique, la première génération d’enfants issus d’un don de gamète anonyme veut faire entendre sa voix. «Nous avons à présent un recul de plus de 40 ans sur ces techniques. L’ouverture de l’assistance médicale à la procréation implique au préalable le devoir impérieux de prendre en compte notre expérience, celle des parents et des donneurs», scandent les membres de l’association Procréation médicalement anonyme (PMA) qui militent pour l’accès aux origines. Un débat complexe, où se font aussi entendre des partisans de l’anonymat. «À 12 ans, j’ai commencé à avoir des doutes. J’avais du mal à trouver les ressemblances avec mon père. Lors d’une promenade au bord de l’eau, il m’a finalement confié qu’il n’était pas la personne qui m’avait fait. J’ai sauté dans ses bras. C’était un choc, mais aussi un soulagement. Avant j’imaginais un viol, une adoption», confie Clément Roussial.Âgé de 23 ans, il étudie aujourd’hui le droit des libertés fondamentales, «influencé par mon histoire personnelle, motivé par une sensation d’injustice», reconnaît en riant ce jeune homme né grâce à une insémination artificielle avec donneur anonyme.«À l’époque, cette révélation n’a pas changé nos relations. Un père, c’est celui qui se lève pour vous tous les matins, celui qui vous apprend à pêcher…», explique Clément, avant d’évoquer la face plus sombre de son histoire, à l’adolescence. «Je me suis mis à la recherche de mes origines. Je me suis trop accroché à la génétique. J’ai aussi eu l’impression que l’on m’avait fait signer un contrat sans que je le sache. Je suis allé voir un psychologue, puis un médecin du Cecos où j’avais été conçu. Il m’a fait miroiter mon dossier, mais je savais qu’il ne me le donnerait pas alors qu’il risquait une sanction pénale», raconte Clément.Savoir qu’un Cecos détient le secret de vos origines génétiques, que cette identité existe, mais qu’elle vous est interdite, c’est une «forme de torture psychologique», «la partie de l’histoire impossible à accepter», s’accordent à penser tous les enfants nés d’un don membres de l’association. C’est ce principe que ces derniers veulent voir nuancer. «Nous plaidons pour la reconnaissance du droit à la connaissance de leurs origines pour les enfants, à leur majorité et avec l’accord du donneur», rappelle Audrey Gauvin, sa présidente.

«Un sentiment d’injustice»

«La connaissance de son histoire, généralement, on considère que c’est un droit. C’est une question de dignité. Pour moi, c’est le législateur qui en a décidé», soupire Thibault, 23 ans, étudiant à Sciences Po Paris.

«La loi interdit même de donner accès à des données non-identifiantes, même au dossier médical du donneur si je découvre que j’ai une maladie. Pour moi, faire de la prévention, c’est impossible», souligne ce fils unique, qui a appris «presque au berceau» qu’il était né à la suite d’une insémination artificielle avec donneur.

«Nous sommes envahis par un grand sentiment d’injustice, d’humiliation.

Tout nous renvoie à ce manque:

- la visite chez le médecin où l’on vous demande des informations sur  vos     parents,

 

- une remarque anodine sur votre ressemblance avec untel.

Il n’y a pas de limite à l’imagination, au fantasme, c’est épuisant…»,

renchérit Clément.

 

 

Et quand vient l’amour, la question refait surface. «Je n’ai pas envie de

transmettre cette part d’inconnu à mes enfants», raconte-t-il.

 

Thibault, pour sa part, n’a pas entrepris de démarche pour connaître ses origines. Avec le passage à l’âge adulte, ce secret lui pèse de plus en plus :

«Les deux interrogations qui me hantent sont celles du visage de ce père

géniteur et celle de sa motivation à donner la vie, résume-t-il. C’est une

souffrance profonde, existentielle. Et puis je ne sais même pas si le donneur

qui a permis mon existence est vivant ou mort.»

 

L’association PMA rassemble aujourd’hui également des donneurs qui se lancent peu à peu dans le combat. C’est le cas d’Alain Tréboul qui a donné son sperme dès 1974 dans le cadre d’une vasectomie. «À l’origine, j’ai dit oui pour aider des couples. Maintenant, j’entends le témoignage des enfants qui se posent ces questions et je me dis que, si ça se trouve, ils souffrent de ne pas me rencontrer alors que je serais prêt à le faire, même si je ne serai jamais leur père, même si j’ai déjà une famille, explique ce grand-père de sept petits-enfants. Mais je ne vois pas pourquoi je ne leur donnerais pas une photo. Je ne suis pas spécialement curieux, c’est l’interdit qui est pénible.»

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

APRES LECTURE DE CES TEMOIGNAGES ON SENT BIEN QUE CES ENFANTS

NES A L’AIDE D’UNE  » PMA » S’INTERROGERONT TOUTE LEUR VIE SUR LEUR

CONDITION PARTICULIERE,  et se diront :  POURQUOI MOI  ???

 

 

Nos politiciens ont-ils pensé à faire témoigner cette première génération

d’enfants issus d’un don de gamète anonyme  ??

Ces « cobayes » veulent faire entendre leurs voix………… on leur doit bien ça  !!!!!

 

Comme dit CLEMENT (dont la photo est au début de l’article) :

 

« J’ai aussi eu l’impression que l’on m’avait fait signer un contrat sans que je le

sache. « 

 

 

FLUX RSS

 

 

=>

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
<=

POUR UN VOTE BLANC EFFICACE

Le 26 novembre 2010 j’écrivais

EN POLITIQUE…

26 novembre, 2010 | politique, vote blanc efficace |

 

EN POLITIQUE…

Pensez-vous qu’il faille critiquer sans cesse le clan opposé, ou bien proposer

des alternatives ?

Pour ma part, j’attends des idées nouvelles, je suis lasse d’entendre Martine

Aubry, ou Ségolène Royale faire de l’anti-Sarkozysme primaire, elles ne nous

apportent rien en rabachant les mêmes critiques à longueur de temps. Selon le

dicton : « la critique est aisée, mais l’art est difficile », il serait plus judicieux

de nous convaincre de leurs talents pour remettre le PAYS en marche :

 

 

Que comptent faire les SOCIALISTES pour arrêter la crise  ?

Que comptent faire les SOCIALISTES pour remettre les chômeurs au travail ?

Que comptent faire les SOCIALISTES contre la fuite des capitaux ?

Que comptent faire les SOCIALISTES contre la dette qui augmente de jour en

jour ?

Que comptent faire les SOCIALISTES pour la sécurité  ?

Que comptent faire les SOCIALISTES pour l’EUROPE  qui va si mal ?

etc…etc…etc…

 

Que compte faire les SOCIALISTES pour que les impôts se stabilisent (je pense

aux mairies Socialistes qui   ont considérablement augmenté leurs impôts

locaux). ?

 

 

Le gouvernement de Monsieur SARKOSY a bien des ratés, mais à quoi nous servirait-il de changer la peste par le choléra  ?

 

 

Il faudrait instituer un vote blanc qui signifierait que nous ne voyons pas qui,

dans ceux qui se présentent, pourrait sauver les FRANCAIS d’une faillite

annoncée.

 

  00000000000000000000000000000000000

 

 

Pendant 9 ans  les socialistes ont critiqué la droite au pouvoir sans jamais

prévoir ce qu’ils  feraient, eux, s’ils étaient aux manettes ; maintenant  ils

critiquent encore l’UMP alors qu’ils sont au pouvoir et devraient plutôt

s’inquiéter de réussir leur quinquenat si mal engagé.

 

Aux questions posées dans mon article de novembre 2010ils n’ont encore

répondu à aucune question  qui tienne la route,   je dirais même que pour

certaines le remède est pire que la maladie.X

 

 

FLUX  RSS

encore

Déserts médicaux : le rapport explosif du Sénat

Déserts médicaux : le rapport explosif du Sénat

Mots clés : , , ,

Par Guillaume Guichard Mis à jour le 07/02/2013 à 11:18 | publié le 06/02/2013 à 19:05 Réactions (157)

Hervé Maurey, sénateur UDI de l'Eure. Crédit: DR
Hervé Maurey, sénateur UDI de l’Eure. Crédit: DR

INFO LE FIGARO - Les élus de la Haute Assemblée ne croient pas aux mesures incitatives proposées par Marisol Touraine. Ils suggèrent au contraire d’exclure de la Sécu les praticiens qui veulent s’installer dans les zones «surdotées».

Déserts médicaux : le rapport explosif du Sénat dans medecine coeur-Un pavé dans la mare dont se serait bien passé le gouvernement en ce moment. Pour repeupler les déserts médicaux, les sénateurs ont une mesure radicale: entraver la liberté d’installation des médecins et non les inciter à ouvrir des cabinets dans des zones sous-dotées. C’est en tout cas ce qu’ils prônent dans un rapport explosif rendu public jeudi et dont Le Figaro a eu connaissance. «À l’exception des médecins, toutes les professions de santé sont régulées, justifie Hervé Maurey(UDI), l’auteur,avec le socialiste Jean-Luc Fichet, du rapport adopté à l’unanimité par la Commission de l’aménagement du territoire. Nous ne proposons pas de supprimer la liberté d’installation des praticiens, nous voulons juste encadrer le libéralisme absolu qui a conduit à la désertification de certains territoires.»Concrètement, les élus de la Haute Assemblée proposent d’exclure de l’Assurance-maladie les médecins qui choisiraient de s’installer dans des zones déjà saturées. En conséquence, leurs patients n’étant pas remboursés par la Sécu, il serait impossible pour un jeune de se constituer une patientèle. Une mesure similaire, appliquée aux infirmiers en 2008, a provoqué en trois ans un bond des installations de 33 % dans les déserts médicaux. Les médecins spécialistes (gynécologues, cardiologues, etc.) bénéficieraient d’un régime un peu plus corsé, avec l’instauration d’un service médical obligatoire de deux ans, à la fin de leurs études, dans les petits hôpitaux de chefs-lieux de départements qui rencontrent de grandes difficultés à recruter.

Blocage des hôpitaux 

«Il faut dès à présent prévenir les étudiants que ce système pourrait être généralisé si les déserts médicaux s’étendent d’ici à la fin de la législature», garantie Hervé Maurey, qui a dans le collimateur les facultés de médecine. «Il faut régionaliser le numerus clausus en fonction des besoins des territoires, alors qu’à l’heure actuelle ce mécanisme ne définit les effectifs d’étudiants en médecine qu’au niveau ­national», insiste le sénateur de l’Eure.

Jusqu’à présent, les médecins ont tendance à s’installer dans la ville où ils ont étudié. Peu optent pour la campagne afin de remplacer les confrères, de plus en plus nombreux, à partir à la retraite. «Résultat, dans ma ville de Bernay (10.500 habitants), trois médecins ont fermé leur cabinet en un an», témoigne l’élu centriste. Pour lutter contre ce fléau, les sénateurs ne croient pas aux mesures incitatives, qu’ils jugent «opaques, complexes et inefficaces». La ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui a présenté fin 2012 un plan de lutte contre les déserts exclusivement basé sur l’incitatif, appréciera.

Reste que s’attaquer à la liberté d’installation des médecins est un exercice politiquement périlleux. «Tous les gouvernements ont reculé devant le poids électoral des médecins et les grèves des internes», reconnaît Hervé Maurey. En allant d’ailleurs parfois jusqu’à bloquer les hôpitaux plusieurs semaines durant. Jean-Marc Ayrault, comme ses prédécesseurs à Matignon. En 2011, alors qu’il était chef des députés socialistes, le premier ministre voulait alors, avec Marisol Touraine, soumettre l’installation des médecins à l’autorisation préalable de l’administration. Une mesure choc baptisée «bouclier rural» qui a été remisée au placard dès que François Hollande a été élu.

LIRE AUSSI:  sur http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/01/12/04016-20120112ARTFIG00673-deserts-medicaux-les-medecins-liberaux-ripostent.php

» Déserts médicaux: les médecins libéraux ripostent (article ci-dessous publié)

» Un plan «low-cost» contre les déserts médicaux                                                           

» L’État garantira 55.000 euros par an aux médecins

 

 

Déserts médicaux : les médecins libéraux ripostent

 

 

Les incitations à s'installer dans les déserts médicaux se sont avérées peu efficaces jusqu'ici.
Les incitations à s’installer dans les déserts médicaux se sont avérées peu efficaces jusqu’ici. Crédits photo : Sébastien SORIANO/Le Figaro

Les hôpitaux et certains députés veulent remettre en cause la liberté d’installation.

coeur- dans medecine

La riposte n’a pas tardé. Après les propositions de la Fédération hospitalière de France (FHF), qui suggère que les hôpitaux publics organisent eux-mêmes les soins de premiers recours en cas de «carence» des médecins de ville, le premier syndicat de médecins libéraux contre-attaque. «L’application à la médecine de ville de la rigidité du fonctionnement hospitalier serait une catastrophe pour les soins de proximité, met en garde la CSMF. «S’il n’y a pas de files d’attente dans notre pays, c’est grâce aux médecins libéraux qui ont un fonctionnement plus fluide et surtout qui travaillent plus de 10 heures par jour tandis que l’hôpital croule sous les RTT».

Pour le Dr Chassang, président du syndicat, la FHF est offensive car elle «sent le plancher se dérober sous ses pieds»: la recherche d’économies tout autant que la demande des patients, aboutissent à réduire la durée des séjours hospitaliers et à multiplier les actes en ambulatoire.

Mais des députés aussi veulent réguler la médecine de ville, avec proposition de loi «anti-déserts médicaux» radicale, qui sera débattue à la fin du mois: obligation d’exercer au moins trois ans dans une zone «sous-dense» au début de toute carrière de médecin libéral, autorisation de l’Agence régionale de santé avant toute création d’un cabinet de ville pour les médecins, dentistes, infirmiers, kinés et sages-femmes…

Des mesures dissuasives

«Ânerie, absurdité!», tempête Michel Chassang, cette fois au nom du CNPS, qui représente toutes ces professions de santé libérales. Le texte a été rédigé par quelqu’un «qui ne connaît rien à notre quotidien», accuse-t-il, bien que son auteur, Philippe Vigier (Nouveau Centre), soit… pharmacien biologiste.

Il est vrai que les «carabins» terminent leurs études vers 30 ans, souvent avec des enfants et en couple avec une personne ayant un emploi de son côté. Ce qui rend difficilement applicable une obligation d’aller exercer en zone rurale ou en banlieue plusieurs années. Le CNPS craint que ces mesures dissuadent davantage les jeunes de se tourner vers l’exercice libéral, alors que la plupart – majoritairement des femmes – choisissent déjà le salariat, notamment pour bénéficier des RTT ou d’un temps partiel.

Michel Chassang reste donc «opposé à toute coercition», même si les incitations à s’installer dans les déserts médicaux se sont avérées peu efficaces jusqu’ici. Il doit néanmoins reconnaître des «nuances» sur ce point entre professions de santé. Kinés, infirmiers et sages-femmes ont en effet accepté la voie intermédiaire proposée par l’Assurance-maladie: dans les zones denses, les nouvelles installations ne peuvent se faire qu’en remplacement d’un départ. En échange, ils ont obtenu des hausses de tarifs et des aides à l’installation en zones déficitaires.

LIRE AUSSI: sur   http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/01/12/04016-20120112ARTFIG00673-deserts-medicaux-les-medecins-liberaux-ripostent.php

» Médecine: des praticiens retraités plutôt qu’étrangers

 

Il est vrai qu’en province les médecins manquent cruellement, et il y a peu

d’hopitaux,  les malades sont contraints  de faire de nombreux kilomètres

pour y parvenir.

 

Il est évident que la loi des  » 35 heures  » dans les hopitaux a désorganisé

beaucoup de services  hospitaliers, l’exemple nous est donné  récemment à

Port-Royal, où un bébé est mort in-utéro parce que sa mère qui devait

accoucher ce jour là n’a pas été prise en charge par l’hopital !!!

 

Les URGENCES ne sont plus des urgences,  vous attendez votre tour durant 5

ou 6 heures,  pour vous entendre dire   » REVENEZ DEMAIN « . nous n’avons plus

de lits vacants  !   Cette situation je l’ai vécue dans un hopital parisien, alors

que mon cas n’était pas des plus bénins.

 

Et je pourrais vous citer d’autres situations où lorsque vous êtes malade, à la

merci du bon vouloir des infirmières, vous ne vous sentez pas en sécurité

 

FLUX RSS

DES ETRES HUMAINS DE BONNE VOLONTE ………… CA EXISTENT !

Drancy : des imams se recueillent au Mémorial de la Shoah

Le 05/02/2013 à 08:51 –

http://www.planet.fr/societe-drancy-des-imams-se-recueillent-au-memorial-de-la-shoah.301924.29336.html?xtor=ES-14-299070[Planet-Mi-journee]-20130205

Réagissez !

Des dizinaines d’imams se sont rendus lundi au Mémorial de la Shoah à Drancy (Seine-Saint-Denis).

Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, a salué cette initiative.

DES ETRES HUMAINS DE BONNE VOLONTE ............ CA EXISTENT ! dans islam imamsDrancy323©afp
Publicité

Imams, rabins et représentants de l’Etat posent ensemble autour de Manuel

Valls. C’est l’image forte de ce lundi. Une trentaine d’imams est en effet allée

se recueillir au Mémorial de la Shoah de Drancy dans l’après-midi. Ce lieu,

inauguré en septembre dernier, a été créé afin de célébrer la  mémoire de

près de 70 000 Juifs déportés de France passés par le camps de Drancy entre

1941 et 1944.

 

Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy, qui est à l’initiative de cette

évènement, a invité les responsables de tous les grands cultes religieux à

participer à ce rendez-vous. « Ce sont des images très fortes qui parlent mieux

que les mots et les discours », a déclaré Manuel Valls. « Le monde a besoin de

paix et de concorde, de gens qui dialoguent et s’écoutent”, a ajouté le ministre

de l’Intérieur.

.

.

Un message de paix et de tolérance…

.

 

« A un moment où il y a une montée du racisme et de la peur de l’islam, on dit

non, il est possible de vivre ensemble, a tenu a dire Hassen Chalghoumi,

aujourd’hui, on montre qu’il y a un islam de France sans influence, sans

ingérence et sans fanatisme ». La visite a ensuite été suivie d’un dîner avec le

ministre de l’Intérieur au Centre Culturel de Drancy pour la fête musulmane de

l’Aïd-el-Mouled.

 

 

L’INVITE » de TV5MONDE présenté par Patrick SIMONIN le 13/09/10…

.

.
dans un climat de tension

.
Lundi, une mosquée d’Ozoir-sur-Lisère a été taguée de messages extrémistes

et de croix gammées. Ce mardi, dans la même ville, de nouveaux tags

islamophobes comme “Nike l’Islam jusqu’à la mort” ont été peints sur les murs

du centre social. Selon un récent sondage Ifop près de 70 % des français

estiment que cette religion n’est pas compatible avec les valeurs de la

république.

.

Manuel Valls a,  quant à lui, profité de cette occasion pour

rappeler qu’il estimait nécessaire que les imams qui prêchent en France soient

formés en France. « L’Islam de France doit s’organiser pour représenter

l’immense majorité des musulmans et laisser parler les voix les plus modernes »

 

 

 

actualités en vrac………

Et si on diminuait les salaires français de 30%…

Le 04/02/2013 à 14:51 –

Réagissez !

La banque américaine Goldman Sachs conseille à la France de diminuer les

salaires de 30% afin de mettre un terme à la crise qui touche le pays…

Tous les détails avec Planet.fr.
.
Mais de quoi se mêle donc cette Banque ?? Elle est, en partie, responsable, comme tous les financiers, de la crise qui sévit en EUROPE et même dans le monde.!!!

 

 

LE VOTE DES ETRANGERS NON COMMUNAUTAIRES

 

Aux étrangers qui désirent voter, je leur conseillerai d’abord . de parler et comprendre la langie française convenablement, d’accepter nos  » us et coutumes « , puis enfin de demander la nationalité française………….c’est  en fait la démarche à suivre pour prouver qu’ils souhaitent être Français., et de ce fait acquérir le droit de vote, non seulement  aux élections municipales, mais aussi aux autres élections.

En plus, qu’ils gardent à l’esprit qu’en acquérant des droits, ils sont tenus  de respecter les devoirs qui s’y rattachent .

« Un homme averti en vaut deux »

 

Budget de l’Europe : ça coince entre les dirigeants


Alors qu’un sommet européen doit se dérouler les 7 et 8 février, les

négociations se durcissent entre les chefs d’Etat et de gouvernement.

 

A bas l’Europe !! rien ne va plus. Arrêtez le massacre. En plus de l’argent que l’on doit donner pour renflouer les autres pays, alors que nous sommes en faillite (sic. Mr. Sapin), il nous faut également rémunérer les politiciens  de l’Europe qui sont grassement payes !!

Cherchez l’erreur……….

 

DUTROU a demandé sa libération !!!!!!

 quelle audace !

 

A quoi bon parler de perpétuité, si au bout de 9 ans d’emprisonnement il est

notifié dans la loi qu’un criminel (Et quel criminel !!!) pourrait voir sa peine

interrompue ! !

.
Les gamines que DUTROU a torturées, emmurées vivantes, et tuées leur a – t

-on donné la chance de revivre à nouveau ???

 

POUR ELLES  PAS DE PARDON  !!!!

 

BEBE MORT IN UTERO – PORT ROYAL

 

Je parie qu’aucune faute n’a été commise à « PORT- ROYAL » et si par hasard il existe un fautif, ce sera sans aucun doute la faute du « plombier » !!!!!!!…………..
Dans cette Société, les responsables se défilent toujours, il n’y a plus aucune conscience professionnelle ! !

 C’était déjà un accouchement à risque, l’hopital aurait dû garder cette femme dans leurs locaux. C’était la moindre des choses, ou bien l’orienter vers un autre hopital.

 

 

Calcul de la retraite : vers l’abandon de la règle des 25 meilleures années ?


Evidemment  les retraites baisseront avec ce nouveau calcul !! C’est d’ailleurs ce qu’ils recherchent,
A côté de cette belle trouvaille, le calcul des retraites, dans la fonction publique, se base sur les payes du dernier semestre , les meilleures bien entendues, puisqu’il y a toujours progression au fil des années.

 

 

 

FLUX RSS

12

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1