Archive pour 20 décembre, 2012

les dessous du social

A propos de ce blog

Les questions sociales, en constante évolution, sont complexes et difficiles à décrypter pour un non-initié. Et pourtant le social, comme l’économie, est au cœur de tout : de la vie des entreprises, des relations politiques, du dialogue syndicats/patronat, de la mondialisation, du quotidien des gens. Bref, au cœur de la vie.Comprendre le social, c’est donc une nécessité si l’on veut saisir le monde dans lequel on évolue. Décrypter ses jeux de rôle, analyser ses non-dits, révéler ses supercheries ou décomposer ses coups bas en fait également partie. C’est ce que je vous propose de faire dans ce blog intitulé « Les dessous du social ».
Accueil du blog Les dessous du social

Hollande, le pire début d’un président en

matière d’emploi depuis Mitterrand

Par Marc Landré le 11 décembre 2012

Le chiffre définitif (mais encore révisable, à la hausse ou à la baisse) du nombre de destruction d’emplois au 3ème trimestre 2012 est tombé ce mardi matin à 7h30 pétantes. Et, comme attendu, il n’est pas bon. Et même pas bon du tout : -41.700 dans les secteurs principalement marchands. Il s’agit même du pire résultat pour un président entrant en fonction depuis 32 ans. Tous les prédécesseurs de François Hollande, à l’exception de François Mitterrand lors de son premier mandat, ont en effet affiché un meilleur 1er trimestre en matière d’emploi salarié. Nicolas Sarkozy +62.900 en 2007, Jacques Chirac +11.100 en 2002 et +29.900 en 1995, François Mitterrand +76.300 en 1988 et -67.100 en 1981. Il faut même remonter au 3ème trimestre 2009 pour retrouver un niveau de destruction d’emplois aussi négatif (-48.400).

Cette donnée se cumule avec celles des inscriptions en catégorie A à Pôle emploi qui ont littéralement explosé depuis le mois de mai. Sur les 6 premiers mois du quinquennat de François Hollande, le nombre de demandeurs d’emploi a en effet bondi de 214.400, soit quasiment deux fois plus qu’entre mai et octobre 2011, sept fois plus que sur la même période en 2010 et 1,5 fois plus qu’en 2009. A titre de comparaison, Nicolas Sarkozy avait bénéficié d’une baisse de 72.300 demandeurs d’emploi les 6 premiers mois de son mandat en 2007 et Jacques Chirac, d’une hausse de 32.500 en 2002. Bref, il s’agit donc du pire début en matière d’emploi d’un président de la République depuis au moins 32 ans…

FH.jpgLes pro-Hollande objecteront, à raison, que le chef de l’État récolte aujourd’hui ce que son prédécesseur a semé hier. Le fameux « héritage Sarkozy » qui permet pour l’instant à l’exécutif de ne pas parler de « bilan Hollande ». Certes mais il n’empêche. On peut, au bout de six mois, tirer au moins deux enseignements qui ne plaident pas en faveur de la politique menée par le président de la République.

1) Ces chiffres catastrophiques démontrent la violence et l’ampleur de la crise (avec un solde négatif de 374.200 destructions depuis le 2ème trimestre 2008), et appellent des réponses du même niveau pour l’instant inexistantes, ou presque. Certes, François Hollande n’y peut rien. Il ne peut changer le passé mais il peut influencer l’avenir. Or avec 150.000 nouveaux actifs qui débarquent chaque année, le traitement social du chômage classique (contrats aidés et emplois jeunes) ne suffit pas à créer la dynamique nécessaire. Il évite que la situation ne se dégrade encore plus. Seules des réformes structurelles massives sur le marché du travail, que l’on ne voit pas venir (ni de la part du gouvernement et encore moins des partenaires sociaux qui s’apprêtent à conclure un accord a minima sur la sécurisation de l’emploi), permettront de remettre la France sur les rails.

2) L’élection de François Hollande n’a pas inversé la tendance, bien au contraire. Le regain de confiance, qui devait renaitre avec l’arrivée de l’ex-premier secrétaire du PS à l’Élysée, ne s’est pas produit. Pis, les premières mesures, très anti-entreprises prises par le nouvel exécutif, ont engendré un climat de défiance dans l’économie qui a très probablement accéléré le processus en cours de destructions d’emploi.

Le quinquennat ne fait que commencer. Le pire n’est donc peut-être pas à venir. François Hollande parie sur le retour (providentiel) de la croissance pour inverser la tendance. Le problème, c’est que la France est comme un paquebot lancé à pleine vitesse. Il lui faut d’abord ralentir pour pouvoir faire demi-tour. Et cela prendra du temps. D’ici là, l’emploi continuera de régresser et le chômage, d’augmenter. Sombres perspectives.

Crédit photo : Sébastien Soriano / Le Figaro

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1