Archive pour 7 septembre, 2012

le vote des étrangers dans les élections communales est une hérésie – identite nationale

identité nationale

28 novembre 2009 j’écrivais

J’ai 67 ans, mon père était FRANCAIS, et ma mère d’origine ITALIENNE naturalisée FRANCAISE. Mon père s’est toujours opposé à ce que ma mère  nous apprenne l’ITALIEN à mon frêre et à moi, il prétendait que nous nous ferions remarquer par les autres enfants, et que nous serions mis à l’index ; il serait toujours temps pour nous d’apprendre l’ITALIEN plus tard. Sa méthode n’a pas été mauvaise, nous n’avons jamais souffert de discrimination, nous nous comportions en  » bon petit français « , mais cela ne nous empêchait pas de dire que notre mère était d’origine ITALIENNE, d’ailleurs cela s’entendait par son accent, mais tout le monde l’adoptait : elle se comportait comme une FRANCAISE de souche.

 C’est pourquoi je dis NON les FRANCAIS  ne sont pas racistes ; la seule chose qu’ils ne tolèrent pas c’est qu’on s’installe chez eux et qu’on leur impose une manière de vivre qui n’est pas la leur. EST-CE UN CRIME ? lorsque je vais chez des amis où à l’Etranger je m’adapte à leur façon de vivre, je n’impose pas ma loi, c’est la politesse qui me dicte ce comportement. Si je désire vivre à ma manière, je reste chez moi. 

 

12 Miniature

MARIA CALLAS La Traviata, Addio del passato 1953

 

De mes origines italiennes, j’ai hérité du goût de la musique en général, des belles voix en particulier, et des chansons qui font vibrer…….. j’aime beaucoup les pâtes également dans un tout autre ordre d’idée :  Rien, en somme, qui ne puisse s’intégrer à la culture française.

 

le vote des étrangers dans les élections communales est une hérésie

le 14 janvier 2010 j’écrivais

Il est inadmissible de faire voter les étrangers aux élections communales pour la bonne raison que dans certaines communes ou il y a une majorité d’étrangers les décisions prises au plan communales seraient en faveur de ces derniers. J’imagine le scénario qui pourrait se produire : les allogènes se regrouperaient dans certaines communes un peu à la manière des américains, où il y a des quartiers de noirs, des quartiers d’asiatiques etc…… Alors que justement il faudrait faire le contraire : éparpiller les étrangers parmi la population française pour les aider à mieux s’intégrer.

Il est vrai que certains étrangers sont en France depuis de nombreuses années, et qu’ils participent à la vie économique du pays. Dans ce cas pourquoi n’optent-ils pas pour la naturalisation française ? Ils auraient alors le droit de se rendre dans les urnes, non seulement pour les éléctions communales, mais pour toutes les élections

Je dois ajouter que je suis hostile à la double nationalité. Il faut choisir.

 

commentaires : flux RSS

Cora VAUCAIRE (LA DAME BLANCHE DE ST-GERMAIN DES PRES)

Sublime interprète qui chante avec beaucoup de sensibilité des chansons toujours intéressantes, souvent des poèmes mis en musique, des poèmes qu’elle récite avec brio, elle a un talent de comédienne certain.

 

Source : Wikipédia

Répertoire

Longtemps habituée à défendre les textes de Jacques Prévert sur scène (elle est la créatrice des Feuilles mortes3), elle s’est peu à peu imposée comme l’une des plus subtiles interprètes de la chanson française, faisant connaître Barbara à l’époque où celle-ci n’osait pas chanter ses propres textes (Dis, quand reviendras-tu ?, Attendez que ma joie revienne), Léo Ferré (Les Forains) ainsi que le Québécois Raymond Lévesque (Quand les hommes vivront d’amour).

Défendant un répertoire sans concessions, elle reprend des chansons du Moyen Âge (La Complainte du Roy Renaud, Le roi a fait battre tambour), crée La Complainte de la butte dans le film French Cancan de Jean Renoir en 1955 et interprète Trois petites notes de musique dans le film Une aussi longue absence d’Henri Colpi sur un scénario de Gérard Jarlot et Marguerite Duras (Palme d’or au Festival de Cannes 1961). C’est ce film qui l’oblige à sortir d’une période particulièrement sombre en lui faisant rassembler, en quelques heures, les forces qui lui restaient pour chanter avec réalisme la fameuse complainte alors que le film était déjà « bouclé » avec une autre interprète.

Elle chante des chansons du répertoire du Café-Concert : Fragson (Je ne peux pas), Yvette Guilbert (Quand on vous aime comme ça), et reprend Le Temps des cerises ; elle chante L’Internationale devant des usines en grève.

Accueillie au Japon dans les années 1980, elle se produisait encore dans les années 1990 dans un dépouillement au sommet de son art : au Théâtre Déjazet (Théâtre Libertaire de Paris) en 1992, au Théâtre de La Comédie des Champs-Élysées en 1997 et au Théâtre des Bouffes du Nord en 1999.

Il faut aussi souligner son interprétation de plusieurs autres chansons phares, telles que : Le Pont Mirabeau (poème de Guillaume Apollinaire, musique de Léo Ferré), Maintenant que la jeunesse (poème de Louis Aragon, musique de Lino Léonardi) ou L’Écharpe (paroles et musique de Maurice Fanon).

Elle a été inhumée le 22 septembre 2011 au cimetière du Père-Lachaise4,5.

 

 

15 Miniature

Cora VAUCAIRE – Trois petites notes de musique

 

 

16 Miniature

Cora Vaucaire Rappelles toi Barbara (Prévert) 

 dans poesie
Jacques Prévert

 (1900-1977)

Introduction

     Jacques Prévert est né le 4 février 1900 et est mort le 11 avril 1977. Il a eu beaucoup de mal à se faire reconnaître des critiques car on lui reprochait la trop grande simplicité de sa poésie.
     A présent, il est considéré comme un des plus grands poètes du XXème siècle et il est publié dans la collection de La Pléiade, synonyme de consécration et d’honneur pour un écrivain.
     La poésie Barbara est extraite de Paroles, paru en 1946.
     C’est un texte de circonstances qui se réfère aux 165 bombardements de la ville de Brest entre le 19 juin 1940 et le 18 septembre 1944. La destruction complète de la ville inspire une réflexion pessimiste sur l’amour et la vie.

Lecture

Barbara

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
É panouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t’ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N’oublie pas
Un homme sous un porche s’abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t’es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m’en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j’aime
Même si je ne les ai vus qu’une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N’oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l’arsenal
Sur le bateau d’Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n’est plus pareil et tout est abimé
C’est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n’est même plus l’orage
De fer d’acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l’eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

Jacques Prévert, Paroles

 Citations

 La vie est une cerise
La mort est un noyau
L’amour un cerisier.

Jacques Prévert

 

La poésie c’est le plus joli surnom qu’on donne à la vie. (Jacques Prévert)

 

  1. Hommage à Cora Vaucaire interprétant « Dis ! Quand reviendras-tu (chanson de BARBARA)



 

Le Temps des cerises est une chanson dont les paroles furent écrites en 1866 par Jean-Baptiste Clément et la musique composée par Antoine Renard en 18681. Cette chanson est fortement associée à la Commune de Paris de 1871, l’auteur étant lui-même un communard ayant combattu pendant la Semaine sanglante. Le Temps des cerises fut dédiée par l’auteur à une infirmière morte lors de la Semaine sanglante, longtemps après la rédaction de la chanson2.

Analyse de la chanson

Une raison stylistique explique cette assimilation du Temps des cerises au souvenir de la Commune de Paris : son texte suffisamment imprécis qui parle d’une plaie ouverte, d’un souvenir que je garde au cœur, de cerises d’amour […] tombant [...] en gouttes de sang. Ces mots peuvent aussi bien évoquer une révolution qui a échoué qu’un amour perdu. On est facilement tenté de voir là une métaphore poétique parlant d’une révolution en évitant de l’évoquer directement, les cerises représentant les impacts de balles; balles auxquelles il est fait aussi allusion sous l’image des « belles » qu’il vaut mieux éviter. La coïncidence chronologique fait aussi que la Semaine sanglante fin mai 1871 se déroule justement durant la saison, le temps des cerises. Mais le simple examen de la date de composition (1866) montre qu’il s’agit d’une extrapolation a posteriori. Il s’agit en fait d’une chanson évoquant simplement le printemps, et l’amour, ( particulièrement un chagrin d’amour , évoqué dans la dernière strophe). Les cerises renvoient aussi au sucre et à l’été, et donc à un contexte joyeux voire festif. Ainsi la chanson véhicule à la fois une certaine nostalgie et une certaine idée de gaieté populaire.[réf. nécessaire]

Jean Baptiste Clément est un chansonnier, montmartrois et communard français né à Boulogne-Billancourt (Seine) le 30 mai 1836, mort à Paris le 23 février 1903. La plus grande partie de son répertoire est aujourd’hui oubliée, excepté quelques chansons et en particulier les très célèbres Le Temps des cerises et La Semaine sanglante.

Le temps des cerises

Quand nous en serons au temps des cerises,
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au coeur.
Quand nous en serons au temps des cerises,
Sifflera bien mieux le merle moqueur.

Mais il est bien court, le temps des cerises,
Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreilles.
Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang.
Mais il est bien court le temps des cerises,
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant.

Quand vous en serez au temps des cerises,
Si vous avez peur des chagrins d’amour
Evitez les belles.
Moi qui ne crains pas les peines cruelles,
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour.
Quand vous en serez au temps des cerises,
Vous aurez aussi des chagrins d’amour.

J’aimerai toujours le temps des cerises :
C’est de ce temps-là que je garde au coeur
Une plaie ouverte,
Et dame Fortune, en m’étant offerte,
Ne saurait jamais calmer ma douleur.
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au coeur.

 

 

  1. Cora Vaucaire – L’écharpe – « Hommage » ( 1918 – 2011 )

 

 

AIMEZ -VOUS CORA VAUCAIRE     ? ?

 

AIMEZ-VOUS  PREVERT ? ?

 

AIMEZ-VOUS LA CHANSON DE JEAN BAPTISTE CLEMENT  : 

LA CHANSON « LE TEMPS DES CERISES »? ?

 

la jeunesse aujourd’hui………+ G. BRASSENS (les amoureux des bancs publics)

1954       Les gens qui voient de travers pensent que les bancs verts…..

 

 

 


__________________________________________________________________________________________________

 

la jeunesse aujourd'hui.........+ G. BRASSENS (les amoureux des bancs publics) images_logo_sm

Les images peuvent être soumises à des droits d’auteur.

 

 

On veut nous faire croire qu’à partir de 13 ans on est adolescent ! que  neni,

à 13 ans les enfants se croient adultes , et ce ne sont pourtant que des êtres immatures qui

essaient de singer ce qu’ils pensent des adultes.

 

Et que pensent-ils des grands ?

ce qu’ils en voient au cinéma  ou à la télé  :  la violence, encore la violence, toujours la violence.

 

Et que peuvent-ils bien penser de l’amour, de la vie de couple ? 

 

Pour l’amour c’est tout de suite sexuel, cela manque de romance, de poésie, il me revient à la

mémoire une chanson de G. Brassens :  » les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics  »

voyez-vous encore ce genre de chose dans la rue ? non, les jeunes ne fantasment plus, ils

passent directement à l’acte sexuel. Quel dommage! ils se privent de la joie d’aimer d’une façon

idéal et d’échapper un moment à la dure réalité, car l’acte sexuel à cet âge n’est pas souvent

une réussite. C’est parfois même une épreuve.

 

bancpubliccopie3xm9

bancspublicsme9

Et la vie de couple que peuvent-ils en penser  ?

malheureusement tout ce qu’ils voient dans la société ne les engagent pas à penser que c’est un

rêve: les disputes, les violences conjugales, les infidélités, et enfin les divorces, ne leur en

montrent pas un avenir joyeux.

 

Ajoutez à cela l’angoisse d’obtenir la réussite à l’école, dans un climat de laxisme , ou la

violence est toujours là en filigrane, où les limites ne sont pas énoncées clairement, voire

absentes où quoi que vous fassiez de mal vous ne serez pas punis.

« je vous le dit en vérité »

j’aurais peur d’être un enfant à l’heure actuelle.

 

images_logo_sm

Type : JPG

 

De plus, il y a aussi, dans les soirées dites

dansantes, l’usage de l’alcool, de la drogue ce qui malheureusement se termine parfois en

pugilat, voir en drame.

 

. Comment voulez-vous après tout ce que je viens d’énumérer que certains jeunes ne frisent pas

la folie ?

les parents, les enseignants ont depuis longtemps jeté l’éponge. Sont-ils contents de ce qu’ils

ont laissé faire au nom de la sacro-sainte liberté .? ? ?

 


commenter : flux RSS

Posté dans societe | 1 Commentaire »

 

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1