Archive pour 17 juillet, 2012

chansons historiques : « Aux marches du Palais « - « Le Roi a fait battre tambour »- »Invocation à la clémence »- » JEAN FERRAT « bicentenaire »"Conseils aux sans culotte »- »La Strasbourgeoise »- »Brave marin »- »DISCOURS DE DE GAULLE SUR LE FEDERATEUR DE L’EUROPE »s

 

Aux marches du palaisSemble inspiré d’une chanson similaire : « La Flamande» d’un certain Chardavoine (1615)

paintings by Abraham Bloemaert Aux Marches Du Palais Aux ma.

 

Le Roi a fait battre tambour – Edith Piaf

 

Le Roi a fait battre tambour

Chanson probablement inspirée par la mort dramatique de Gabrielle d’Estrées, favorite du roi Henri IV, qui mourut dans des circonstances inexpliquées.

On soupçonna ses rivales de l’avoir empoisonnée.

Chanson originaire du Saintonge. Cette histoire n’est pas sans rappeler Louis XIV et Madame de Montespan, marquise de son état et originaire des Charentes. Elle s’appelait Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart,  « Mademoiselle de Tonnay-Charente » avant son mariage. Elle quitta son mari pour le roi et fut mêlée par la suite à une triste et sordide affaire de poisons… D’autres y croient  reconnaître le tragique destin de Gabrielle d’Estrée, maîtresse d’Henri IV, qui mourut en couche peu avant le mariage du roi avec Marie de Médicis… La belle Gabrielle aurait été empoisonnée sur ordre de la future reine…


chansons historiques :
Le roi a fait battre tambour, Le roi a fait battre tambour
E-247-02 dans CHANSON
Pour voir-e toutes ces da-a-a-a-mes, Et la premiè-re qu’il a vue
E-247-03
Lui a ravi son â-a-a-a-me.

Marquis, dis-moi la connais-tu ?
Qui est cett’ joli’ dame ?
Et le marquis l’i a répondu:
 » Sire roi, ‘est ma femme!

- Marquis tu es plus heureux qu’moi
D’avoir femme si belle,
Si tu voulais me l’accorder
Je couch’rais avec elle.

- Sire, si vous n’étiez pas le roi
J’en tirerais vengeance,
Mais puisque vous êtes le roi
A votre obéissance.

- Marquis, ne te fâche donc pas,
T’auras ta récompense,
Je te ferai dans mes armées
Beau maréchal de France.

Adieu ma mi’, adieu, mon coeur
Adieu mon espérance,
Puisqu’il te faut servir le roi
Séparons nous d’ensemble.

Le reine a fait faire un bouquet
De belles fleurs de lyse
Et la senteur de ce bouquet
A fait mourir marquise.

 

Il faut quand même avoir un certain toupet pour négocier avec un homme l’enlèvement de sa femme bien aimée, et de priver cette dernière d’avoir voix au chapitre, mais pour les grands de ce monde tout leur est acquis !

Le petit cordonnier d’ « aux marches du palais » avait des manières plus élégantes que le Roi !!  il courtise  la belle , et lui demande au moins son consentement :

« …la belle si tu voulais…. »

 

 

Miniature1:53 sa femme

chansons historiques de France 179: Invocation à la clémence

 

Chanson de la fin 1792 ou début 1793 réclamant la clémence pour le roi Louis XVI qui sera finalement exécuté le 21 janvier 1793.

interprétation : Simone Bartel, disque 33t « la révolution française, chants et chansons des rues et des salons « 

Il faut pour notre gloire En ce jour , oh français
Qu’une œuvre méritoire, vous illustre à jamais
Pénétré d’indulgence, votre sensible cœur
Toujours par la clémence, triomphe le vainqueur

Plus Louis fut coupable, plus soyons généreux
Pour être inexorable, en est on plus heureux ?
Fatale déchéance, suffit pour le punir
Elle est notre vengeance et fait son repentir

L’honneur de la patrie, veut pour se conserver
Que Louis reste en vie, seule elle peut le sauver
Cet acte de clémence doit prouver à jamais
Toute la bienfaisance du bon peuple françaisXV

 

Louis XVI a payé pour toutes les erreurs commises par ses ancêtres : il était la goutte qui a fait déborder le vase , car il n’était pas le pire des régents que la FRANCE ait eu. 

Son crime ? : son manque d’autorité vis à vis de sa femme qui ruinait la FRANCE, et son manque d’énergie pour gouverner le Pays. 

Il est arrivé au mauvais moment :  ce n’est pourtant pas lui qui a choisi son heure, il a été victime des circonstances. La FRANCE était prête pour une nouvelle Société : elle aspirait a plus de justice, elle aspirait à la République, à la démocratie.

La République et la démocratie apportent-elles toujours la paix, apportent-elles toujours la serénité, apportent-elles toujours le bonheur  ? ?

La question est ouverte………

 

 

J’ai vu des ducs j’ai vu des princes
Des barons des comtes des rois
Des marquises à la taille mince
Qui dansaient au son des hautbois
Dans des châteaux pleins de lumière
Où les fêtes resplendissoient
Où l’on chantait « il pleut bergère »
Dans le velours et dans la soie

Mais dans sa chaumière
Mais dans sa chaumière
Je n’ai pas vu pauvre Martin
Pauvre Martin pauvre misère
Avec sa femme et ses gamins

J’ai tremblé devant la colère
Des va-nu-pieds des paysans
Renversant l’ordre millénaire
Dans la fureur et dans le sang
J’ai vu la terreur apparaître
Les châteaux partir en fumée
Les délateurs régner en maîtres
Dans une France sans pitié

Mais dans sa chaumière
Mais dans sa chaumière
Je n’ai pas vu pauvre Martin
Pauvre Martin pauvre misère
Tremblant de froid mourant de faim

J’ai frémi pour ces grandes dames
Ces beaux seigneurs si émouvants
Qui montraient tant de grandeur d’âme
De noblesse de sentiments
Avant que leurs têtes grimacent
Au bout des piques acérées
Agitées par la populace
Des sans-culottes avinés

Mais dans sa chaumière
Mais dans sa chaumière
Je n’ai pas vu pauvre Martin
Pauvre Martin pauvre misère
Creusant la terre de ses mains

Deux siècles après quatre-vingt-neuf
Il fallait oser l’inventer
A la télé on fait du neuf
En acquittant la royauté
Deux siècles après quatre-vingt-neuf
D’autres seigneurs veillent au grain
Et toi qui vivais comme un bœuf
Ce sont tes maîtres que l’on plaint

A six pieds sous terre
Ton bicentenaire
Ils l’ont enterré bel et bien
Pauvre Martin pauvre misère
C’est toujours le peuple qu’on craint
Pauvre Martin pauvre misère
C’est toujours le peuple qu’on craint

 

 

 

chanson publiée dans « la chronique de Paris » du 13 juillet 1793.. 

 

 

Brave marin revient de guerre, Tout doux. Tout mal chaussé, XVIIIè siécle

 

 

Chanson patriotique composée pour donner du coeur aux pauvres soldats pris dans la tourmente de la guerre.

 Souhaitons que cela n’arrive plus jamais !

 

 

 

Extrait d’une conférence de presse du 15 mai 1962

 

A l’époque il s’agissait d’une EUROPE  des SIX .  Que penserait le GENERAL  DE  GAULLE  de l’EUROPE actuelle comprenant 27 pays, et qui a pour vocation  d’en intégrer d’autres encore !!!!

 

FLUX RSSs

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1