Archive pour juillet, 2012

70 jours après l’élection Présidentielle, quelles sont les décisions réellement prises ? ? + JULIO IGLESIAS qui chante La comparcita avec video de tango

Le gouvernement a décrété récemment  qu’il y aurait une augmentation de la CSG, aujourd’hui il est revenu sur cette décision  ! ! ! Comme il est revenu sur beaucoup de promesses qui avaient été faites durant la campagne électorale.

Messieurs JEAN-MARC AYRAULT et FRANCOIS HOLLANDE  sont de brillants danseurs de tango :  un pas en avant,  deux pas en arriere…. puis rotation totale avec effets de ronds de jambes.

 

  1. Miniature

julio iglesias LA COMPARCITA TANGO

 

 

Quand se décideront-ils à prendre de réelles décisions  ? ? ? ?

 

Ont-ils peur d’agir  ? ? ? ?

 

La zone EURO  va mal, même très mal,  certains  ont prétendu que Nicolas Sarkosy , en privilégiant les plus riches , menait la FRANCE à la faillite, mais que fait François Hollande  ?  ?  il nous mène carrément à la ruine par son inertie.

 

NICOLAS   SARKOSY  FAVORISAIT LES RICHES , soit !

 

FRANCOIS HOLLANDE  NE FAVORISE PAS LES RICHES CERTES, IL  FAIT MËME

FUIR LES ENTREPRENEURS PRIVANT LA CLASSE OUVRIERE DE NOMBREUX

POSTES DE TRAVAIL, QUI AUGMENTERA LE CHOMAGE . CETTE JUDICIEUSE

METHODE FERA DONC BAISSER LA CROISSANCE… puis en alourdissant les impôts

de la classe moyenne , il va créer de nouveaux pauvres !

 

 

EST-CE  MIEUX  ??

 

Ne nous avait-il pas promis  que  « LUI PRESIDENT » il renégocierait le traité qui liait les 17 pays de l’EURO. ? ? ?

 

Les Corréziens parlent beaucoup mais agissent peu, à l’instar de Jacques CHIRAC, françois HOLLANDE  promet beaucoup, dit qu’il va agir, et revient sur sa décision, en clair, il nous fait faire du sur place.

 

 

Forum Socialiste

Quand Jean D’Ormesson fait le portrait de Nicolas Sarkozy

Messagede barriau76 » Mar 17 Avr, 2012 14:00

« A un peu plus d’un mois du premier tour de l’élection Présidentielle, la bataille se poursuit entre les deux principaux concurrents qui se portent coup pour coup. L’écart entre les deux s’est réduit, puis, s’est à nouveau élargi. Le socialiste reste en tête. La semaine qui vient de s’écouler reste rude pour Nicolas Sarkozy houspillé à Bayonne. Houspillé par qui? Par des indépendantistes Basques auxquels s’étaient imprudemment joints des éléments de gauche. Un tel incident aurait pu et dû profiter au Président sortant. C’est Hollande qui en a profité.François Hollande a marqué un autre point avec sa proposition impromptue de taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d’euros par an. IDEOLOGIQUE et contraire à tous les enseignements de l’économie politique, la mesure, c’est le moins que l’on puisse dire, a surpris les économistes, y compris dans le camps de la gauche. D’autant plus que le candidat socialistes a reconnu lui-même qu’elle ne rapporterait pas grand chose au trésor écorné de l’Etat. Approuvé par une majorité de Français, c’est une mesure phare, une sorte de marqueur symbolique : elle est destinée à souligner l’opposition entre le candidat du peuple et le candidat des riches.SARKOZY, candidat des riches??? C’est le thème central et presqu’unique de la campagne socialiste. PLUS HONTEUSE pour ceux qui s’en servent que pour l’intéressé, l’éternelle ritournelle d’un verre pris dans une boîte trop à la mode et de quelques heures passées sur un bateau trop luxueux, l’exploitation du bouclier fiscal, la dernière trouvaille de l’imposition à 75%, tout cela tend à une même fin : enfermer Sarkozy dans le rôle de défenseur des riches, imprimer dans les esprits, l’image d’un Hollande défenseur des pauvres, contre un Sarkozy affameur du peuple.Hollande, il la déclaré lui-même-n’aime pas les riches. Sarkozy les aime. Et il aime tellement l’argent qu’il a augmenté de 30% son propre traitement de président de la République. Sur ce point de détail, la vérité est qu’avant SARKOZY le budget de l’Elysée était un mystère où les dépenses du président-moins payé que le premier Ministre-se confondaient avec le budget de l’ETAT.Sarkozy a introduit la transparence dans l’affaire. Il a décidé que le salaire du président ne serait plus inférieur à celui du premier Ministre et que, pour la première fois, les comptes de l’Elysée seraient soumis au contrôle de la cour des comptes. QUI DIT MIEUX? L’attaquer sur ce point est pure démagogie. Et mieux encore, CALOMNIE !Un proverbe chinois assure que quand les riches maigrissent, les pauvres meurent. Hollande est l’ennemi de la richesse; Sarkozy est l’ennemi de la pauvreté. Son propos n’a jamais été de faire des cadeaux aux riches, mais d’encourager l’investissement et de créer du travail.
Le but du bouclier fiscal était d’empêcher la délocalisation de la richesse française .Hollande s’imagine qu’il enrichira les pauvres en appauvrissant les riches.
Sarkozy croit possible de faire monter le niveau de vie de tous grâce aux efforts des entrepreneurs. Pendant Cinq ans, malgré la crise et contrairement à ce qui est inlassablement répété, il a travaillé avec acharnement et SUCCES à une hausse-réduite sans doute, mais réelle, du pouvoir d’achat et il a contenu, mieux que partout ailleurs en Europe-sauf en Allemagne-la poussée du chômage.Hollande sera très capable de faire très vite à cet égard beaucoup plus mal que lui. Et d’appauvrir les pauvres en même temps que les riches.
« QUE FAIT » Hollande? Père Noël débutant qui ne doute pas de lui-même. Il promet « TOUT à TOUT le monde ».Ce ne sont que monts et merveilles qui finiront en impôts. Qu’a fait SARKOZY? Il a abattu en cinq ans plus que le travail en cinq ans, que ses prédécesseurs en sept et quatorze ou en douze ans. Il a tenu le pays à bout de bras dans une crise violente. Il a lutté plus efficacement contre la pauvreté et le chômage, que tous les gouvernements de gauche autour de nous notamment en Grèce ou en Espagne. La différence entre Hollande qui n’a aucun passé sur lequel l’attaquer puisqu’il n’a jamais rien fait et SARKOZY qui a un bilan injustement déprécié, c’est la différence qu’il y a entre le rêve et la réalité, entre la parole et l’action. Hollande n’est que parole et Sarkozy est action.Qu’il y ait eu des erreurs dans l’action de Sarkozy, qui le nierait? Mais il y a eu aussi des succès. Et ce sont ses succès qui sont inlassablement occultés par la propagande socialiste. Il n’y a ni erreur ni succès du côté de Hollande, puisqu’il n’y a rien du tout. Il y a la parole, des promesses et du vent et pour employer une litote-des contre-vérités.

Une de ces contrevérités concerne le mirage d’un état socialiste d’une tolérance exquise opposé à l’Etat UMP arrogant et quasi totalitaire. C’est exactement l’inverse de la vérité. On peut reprocher beaucoup de chose à N.S., mais aucun de se prédécesseurs n’a fait preuve d’un esprit d’ouverture aussi affirmé que le sien.

Quand il a choisi de faire entrer des socialistes dans ses gouvernements il a été accusé de débauchage. Il ne s’est pas découragé pour autant. Il a poussé un socialiste dont l’avenir n’était que partiellement prévisible, à la présidence du FMI.
Ses choix pour la cour constitutionnelle étaient plus ou moins partisans que dans le passé loin ou proche. Il a surtout nommé avec une audace assez stupéfiante des opposants à des postes aussi stratégiques que la présidence de la commission des finances de l’assemblée Nationale ou de la présidence de la cour des comptes.

Comment ne pas lui rendre justice? Comment OSER parler de sectarisme ou d’esprit de clan? Si François Hollande qui a laissé entendre que les fonctionnaires humiliés au pouvoir actuel devraient être écartés, est élu en Mai prochain, la totalité des pouvoirs du pays sera aux mains des socialistes et de la gauche : les conseils généraux, les régions, l’Assemblée Nationale, le sénat, bientôt le conseil constitutionnel. Pas le moindre contre-pouvoir, plus d’opposants. Alors on pourra parler d’étouffement.

La gauche socialiste n’ayant jamais rien entrepris de décisif, notamment en matière de réforme, quand elle était au pouvoir, et n’ayant aucun programme capable de résister a un examen un peu sérieux, a pour unique ressource d’attaquer Sarkozy sur sa personne, sur son physique, sur son langage, sur sa façon d’être et sur ses prétendus échecs. François Hollande qui n’a jamais donné aucune preuve concrète de sa supériorité, a traité de fiasco le bilan du président sortant. Une fois encore c’est le contraire de la vérité.

La liste des résultats de Nicolas Sarkozy est impressionnante. On en citera ici que quelques-uns pris à peu prés au hasard : autonomie des universités, déjà réclamés depuis longtemps par Mendès France, réforme de la magistrature, réunion de la liste des villes de garnison, réforme des retraites, suppression de la taxe professionnelle, tentatives de la mise en place d’un service minimum lors des grèves du service public, maîtrise de l’immigration, réduction nécessaire et réclamée par l’Europe du nombre des fonctionnaires, mise en place de la fameuse taxe Tobin sur les transactions financières etc. etc.

L’élection Présidentielle reste plus ouverte que jamais. Il est possible que la parole l’emporte sur l’action et le vent des promesses et du rêve sur la réalité. Quand on rêve on se réveille. On ne donne pas deux ans, dans cette hypothèse pour que la masse des français aujourd’hui abusés se repente demain de son choix. Ce qui est sûr, c’est que vainqueur ou battu, plein de faiblesses comme tout le monde, responsable d’erreur, reconnu et salué par ses pairs, Nicolas SARKOZY, en dépit de tant d’attaques venues du camp opposé, et trop souvent de son propre camp, aura, dans une crise MONDIALE, qui est loin d’être achevée, quelque chose comme un HOMME d’ETAT « 

Jean D’Ormesson

 

Le Point.fr publie la tribune intitulée :

« Le moment de vérité »

 

« La honte de la Ve République » : c’est ainsi que l’hebdomadaire Marianne n’hésite pas à qualifier Nicolas Sarkozy, tandis qu’il y a quelques jours L‘Humanité comparait ce dernier au maréchal Pétain.

Depuis plusieurs mois, de tels procédés sont monnaie courante. Au point de faire système et de devenir le discours officiel de ceux qui, dès qu’il s’agit de Nicolas Sarkozy, ne reculent devant aucune outrance.

Avec de tels propos, on sort de l’affrontement démocratique pour désigner à la vindicte non plus un adversaire politique à défaire, mais un ennemi – à abattre. Chose peu banale, il se trouve que cet ennemi n’est autre que le président de la République. L’homme qu’une majorité de Français a élu il y a cinq ans pour conduire les destinées du pays. L’homme qui a été choisi par nos compatriotes comme l’un des deux protagonistes du second tour de l’élection présidentielle dimanche prochain.

On ne saurait chercher d’excuse à un tel déni de démocratie. Même le comportement parfois impétueux de Nicolas Sarkozy ne peut servir de circonstance atténuante.

Au contraire, pour notre part, nous voyons dans ce qui insupporte une certaine classe médiatique la principale raison de défendre l’actuel président de la République. La volonté de diviser qu’on lui prête est en réalité commandée par le refus d’un immobilisme dont la France, dans les circonstances actuelles, ne se remettrait pas. Sa façon de bousculer les habitudes est dictée par l’urgence même de la situation que le pays doit affronter. Et quant à son inculture prétendue, elle dissimule une grande curiosité pour tout ce qui a trait à la création et au patrimoine. Surtout, elle ne l’a pas empêché, au beau milieu d’une crise budgétaire sans équivalent depuis les années 30, d’être le seul dirigeant occidental à accroître de plus d’un cinquième les moyens du ministère de la Culture.

La France a besoin de rassemblement et non de division. Elle est en demande de justice. Qui pourrait dire le contraire ? Mais si l’on veut le rassemblement, si l’on veut la justice, il faut commencer par dire la vérité. La vérité sur l’état de nos comptes publics. La vérité sur l’immigration. La vérité sur la situation du monde et l’avenir de l’Europe. La vérité sur la nécessaire poursuite des réformes, si nous voulons sauver l’essentiel de ce qui nous fonde comme nation.

Cette vérité, aujourd’hui, dérange : c’est la cause profonde de l’anti-sarkozysme. Mais cette vérité est aussi incontournable : c’est la raison pour laquelle nous appelons dimanche prochain à voter Nicolas Sarkozy.

Éliette ABÉCASSIS, romancière

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE
FLUX RSS

JEAN GABIN - »Les Grandes Familles »- (3 extraits)

LES GRANDES FAMILLES , FILM DE DENYS DE LA PATTELIERE

 Catégories :

|

Synopsis

 

Noël Schoudler, chef d’une grande famille bourgeoise, dirige en autocrate un empire économique, dont les activités s’étendent de la banque et de la finance au monde de la presse en passant par le sucre. Les scrupules lui sont inconnus et il ne recule devant aucune manœuvre pour augmenter les profits de ses entreprises et la fortune de la famille. François, son fils, juge les méthodes paternelles un peu archaïques et prône quelques réformes qui ne sont pas appréciées. Afin de lui donner une leçon, Noël confie de nouvelles responsabilités à François, si bien que mal préparé, et un peu naïf, François se trouve dans une situation difficile et a un impérieux besoin d’argent. Il se tourne alors vers le cousin Maublanc, son père lui ayant refusé son aide. Maublanc est un débauché, c’est le parent indigne, sa façon de vivre est en contradiction avec les principes de la famille.

 

François est au milieu d’une partie qui le dépasse, à tel point qu’il se suicide. Un moment désarçonné par les conséquences désastreuses de la leçon qu’il voulait admninistrer à son fils, Noël semble vouloir tout abandonner. Mais il finit par reprendre le dessus et, par un magistral coup de bourse, va préserver la prédominance de la famille, tout en se vengeant du cousin Maublanc qui avait moralement poussé Noël au suicide. Le futur est maintenant incarné par son petit-fils, Jean-Noël.

 

Commentaires

 

Le roman de Maurice Druon, Les Grandes Familles, prix Goncourt en 1948, situe l’action juste après la Première Guerre mondiale, c’est un roman historique en trois tomes qui appartient au cycle «La fin des Hommes». Le film a été actualisé à l’époque du tournage. Il repose sur la guerre qui oppose les deux cousins, interprétés par Jean Gabin et Pierre Brasseur, entourés de solides seconds rôles. Ce fut un succès populaire en 1958 et il est régulièrement programmé à la télévision française.

 

Festivals

18 mai 1958: Cannes

Palme d’or :

Prix spécial du Jury :

Autres festivals

 

 

 

 

Source : WIKIPEDIA          

 

  Miniature

      Extrait du film Les Grandes Familles de Denys de La Pattelière…

 

Miniature

      JEAN GABIN LES GRANDES FAMILLES DENYS DE LA PATELLIERE

             

 

  1. Noël Schoudler, chef d’une grande famille bourgeoise, dirige en…


 Dans le secteur de la finance, rien ne compte que l’argent, c’est la jungle où les animaux s’entre-dévorent même s’ils sont de la même famille.

TOUT  S’ACHETE ET TOUT SE VEND  !!!..! 

 

Ce film est une analyse des milieux financiers très pointue : beaucoup de  films des années 1950/1960  sont du grand art, avec des acteurs à grande personalité.

les films et les acteurs modernes ne supportent pas la comparaison.

 

 

 

 

 

 

 

 

FLUX  RSS

Taxe à 75 % : des sociétés délocalisent déjà leurs cadres

Taxe à 75 % : des sociétés délocalisent déjà leurs cadres

Ils installent à l’étranger quelques fonctions clé et préparent des baisses de rémunération pour ceux qui restent en France. La taxe aura un effet négatif sur les recettes fiscales. (source : Figaro économique)

 

 Le symbole de la taxe à 75 % a eu pour effet la fuite des capitaux , et par surcroit la délocalisation de bon nombre de sociétés vers des pays moins contraignants que le nôtre. Pourquoi FRANCOIS HOLLANDE veut-il que les entrepreneurs participent   au redressement du pays, en leur confisquant les 3/4 de leurs salaires, alors que les députés, les ministres et les sénateurs qui reçoivent des indemnités importantes +  des avantages qui dépassent l’entendement refusent catégoriquement de céder une partie de leurs privilèges ? ?  « Président normal n’égale pas Président génial » loin s’en faut ! ! Mais existe-t-il un homme ou une femme politique génial(e)  ? ?  un homme ou une femme capable de bien orienter la nation, sans s’occuper de ses intérêts personnels ? ?  quoiqu’on en en dise, nous avons à faire en FRANCE  même, à la  » NOMENKLATURA » de l’URSS tant décriée.

 

 

FLUX RSS

 

SERGE LAMA - »L’enfant d’un autre »- « l’enfant au piano »- « les ballons rouges » - »les glycines »

 Ce que raconte Serge LAMA  dans  » l’enfant d’un autre » personne n’en fait cas et pourtant…… ici c’est l’homme qui s’est attaché à l’enfant et qui exprime sa tristesse, mais s’est-on demandé ce que ressentait l’enfant dont la mère passait sans cesse d’un compagnon à l’autre  ? ?   peut-il seulement se forger l’image d’un père  ?  on lui inculque dès l’enfance que l’amour est éphémère, et que pour ne pas souffrir, il ne devra pas s’attacher. A travers le prisme de son enfance, qu’en sera-t-il de sa vie sentimentale  future  ? ?

03:15

Serge Lama L’enfant d’un autre

 

 

 

 

Serge Lama l’enfant au piano

 

 

 

 

Les ballons rouges.Serge Lama

 

 

 

 

 

SERGE LAMA  sait nous communiquer ses sentiments avec force talent,  avec l’émotion exacte qui se rapporte à ses textes,  c’est du travail d’orfevre ! !

 

 

 

 

FLUX  RSS

LINDA LEMAY chante : « le plus fort c’est mon père » – « la centenaire » –  » ceux que l’on met au monde » - »c’est comme ça » – « les maudits Français » - »si j’étais optimiste »

  1. Le talent de LYNDA LEMAY n’est plus à démontrer : elle a tous les talents : auteur, compositeur, interprête. Elle a la sensibilité des dons particuliers qui l’animent. C’est une artiste accomplie comme il y en a peu,  elle chante aussi bien l’humour que l’émotion, elle est exceptionnelle !

 

  1. Live enregistré à l’olympia de Paris le 25 Avril 2007

 

 

  1. Lynda Lemay chante « La centenaire » sur le plateau de Michel Druker…

 

 

 

CLIP VIDÉO DE LA CHANSON « C’EST COMME ÇA » (2000)

 

 

  1. Miniature

    « Si j’étais optimiste » (version Live)


 

  1. Chanson de l’album Du coq à l’âme de Lynda Lemay.

123456

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1