LA FRANCE S’EST-ELLE BIEN ORIENTEE ? ?

fichier pps l’Europe des 27 1pps

Cliquez sur le titre ci-dessus pour voir le fichier qui est très intéressant.

 

La france est-elle bien orientée  ?

A écouter les journalistes et bien évidemment le parti socialiste tout irait pour le mieux : le gouvernement a commencé de mettre en oeuvre son programme : croissance : avec 25 % de plus pour l’indemnité de rentrée scolaire. Pour l’augmentation du SMIC il faudra voir,  les choses se présentent mal, c’était pourtant une proposition phare qui a incité pas mal de monde à voter socialiste avec l’espérance qu’on diminuera les hauts salaires dans le public ce qui concerne que très peu de personnes.

Tout le monde sait que la croissance ne se décrète pas, et tant que des Entreprises licencieront, le chômage  fera boule de neige et contraindra le peuple à dépenser de moins en moins d’où la récession.

En ce qui concerne l’EUROPE, notre Président a décidé de s’inscrire parmi les pays les plus amoindris économiquement, et a s’éloigner sensiblement de l’ALLEMAGNE qui ne comprends pas comment on peut créer de la croissance en augmentant les dettes publiques qui fatalement alourdira les impôts (donc diminuera la croissance). Même si les impots sont sensés taxer les plus riches, qui savent très bien comment faire pour en payer le moins possible d’une part, et mettre leur capitaux à gauche d’autre part. ( On n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace ! ) Dans l’histoire ces impôts retomberont sur une population  dite moyenne.

Toujours en ce qui concerne l’ALLEMAGNE, elle est la seule en EUROPE qui peut emprunter à un taux à moins de 2 % en clair, elle a donc su mener sa barque au mieux, son industrie est développée et comme elle innove dans les produits qu’elle fabrique elle arrive à les exporter.  Bien que la vie en ALLEMAGNE ne soit pas un paradis, elle est loin de faire faillite. Elle peut donc donner la marche à suivre n’en déplaise à Messieurs HOLLANDE et AYRAULT.

 

Comment voyez-vous la situation  ? ?

 

FLUX RSS

 

 DOCUMENTATION

 

La vérité sur les 450.000 riches de France

Source : Capital
12/06/2012 à 15:30 / Mis à jour le 12/06/2012 à 15:58
SOMMAIRE DU DOSSIER
LA FRANCE S'EST-ELLE BIEN ORIENTEE  ? ? dans politique luxe-villa-decout_paysage360

©REA
Faut-il les taxer davantage ? Et si oui, de combien ? Un dossier pour y voir clair.

Ah, s’il avait eu une ardoise magique ! Nicolas Sarkozy n’a certes pas osé dire, comme François Hollande, qu’il n’aimait pas les riches. Mais il s’était démené durant la campagne pour effacer son image de président des riches.

D’ordinaire, en période électorale, on s’écharpe sur les pauvres et les chômeurs. Cette fois, tout a tourné autour des cigares et des gros bonus. Faut-il ou non faire payer les riches ? Et à partir de quel patrimoine et de quel revenu peut-on être considéré comme tel ? Entre un médecin spécialiste, un cadre dirigeant à stock-options, un chanteur vedette et un Bernard Arnault à la tête de 41 milliards, les échelles varient de 1 à 10 000 et les enjeux sont bien différents. Pour François Hollande, c’est à partir de 1 million d’euros de gain annuel par foyer qu’il convient de dégainer le gros calibre fiscal – son fameux taux marginal de 75%.

Gauche et droite se rejoignaient en tout cas sur le principe : face à l’explosion de la misère sociale et à l’exaspération croissante de l’opinion, il n’est plus possible de laisser les riches prospérer tranquillement.
Il faut dire que notre pays n’en a jamais abrité autant.

Au dernier pointage de l’Insee, ils étaient près de 450.000 à appartenir à un ménage déclarant annuellement plus de 100.000 euros par unité de consommation (on compte une unité pour la première personne du ménage, 0,5 pour toutes les autres de plus de 14 ans, et 0,3 pour les plus jeunes, soit par exemple 180 000 euros pour un couple avec un jeune enfant), contre 331 000 en 2004. Et l’on en comptait 13.400 au-dessus de 500.000 euros de gain annuel, 84% de plus qu’en 2004. Manifestement, la crise a bien profité aux privilégiés du système.

Que vous en soyez ou pas, ce dossier devrait vous permettre d’y voir plus clair sur ce qui les attend demain.

Sandrine Trouvelot de CAPITAL

 

 

DOSSIER : La vérité sur les 450.000 riches de France

Taxer très lourdement les riches pourrait nuire à la croissance

Source : Capital
12/06/2012 à 11:24 / Mis à jour le 12/06/2012 à 11:24
On connaît la ritournelle : les riches doivent payer plus. Mais dans la pratique, ce n’est pas sans risques. Voici pourquoi.

Supposons. Juste un instant, supposons que Kevin Sustrom et Mike Krieger, les deux jeunes fondateurs d’Instagram – cette minuscule start-up américaine rachetée début avril par Facebook pour 750 millions d’euros – soient des contribuables français. Et que François Hollande, vainqueur de l’élection présidentielle, ait mis en application la première mouture de ses réformes fiscales.

Les plus-values de cession de société étant désormais redevables de l’impôt sur le revenu (comme n’importe quel salaire), les 375 millions d’euros perçus par chacun de nos créateurs seraient taxés au taux de la tranche supérieure, soit 75%. De leurs 94 millions restants, ils devraient encore défalquer 30 millions d’euros de CSG-CRDS, et un gros million au titre de l’impôt sur la fortune au taux marginal relevé (1,8%). Leur resterait finalement en poche environ 60 millions chacun, soit à peu près 15% du montant de la vente. Pas lourd. Maintenant, supposons que nos deux génies souhaitent créer une nouvelle société pour recommencer l’aventure. A votre avis, quelle serait la probabilité qu’ils le fassent en France ?

Très faible, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est là tout le problème. D’un point de vue politique et moral, l’alourdissement de la fiscalité sur les super-riches est justifié. Les hauts revenus doivent être les premiers à participer à l’effort de redressement des finances du pays. Mais d’un point de vue économique, la décision de les assaisonner ne tombe pas sous le sens. «Elle aurait un effet dévastateur et serait un bien mauvais calcul pour la France», estime Olivier Duha, le président de Croissance Plus, une association qui regroupe de jeunes entreprises innovantes. Même un économiste classé à gauche comme Jacques Le Cacheux, du Cercle des fiscalistes, est sceptique. «Les socialistes ont toujours voulu taxer les riches, mais ils n’y sont jamais parvenus !»

De fait, les effets pervers d’une telle politique peuvent s’avérer redoutables. D’abord, toute hausse de la pression fiscale sur les gros patrimoines accroîtrait le nombre de candidats à l’exil en Suisse, en Belgique ou encore au Royaume-Uni. Selon la Cour des comptes, plus de 800 d’entre eux sautent déjà chaque année le pas, deux fois plus qu’en 2004.

 

 

DOSSIER : La vérité sur les 450.000 riches de France

Les techniques d’évasion des riches sont de plus en

plus efficaces

Source : Capital
12/06/2012 à 11:34 / Mis à jour le 12/06/2012 à 16:02
lac-leman-kirchner_image_dossier_immo dans politique

© REA
Pour réduire la facture de leurs clients les plus aisés, sur qui plane la menace Hollande, les avocats fiscalistes redoublent d’imagination.

Filer en Suisse ! Affolés par les 75% de taux d’imposition ­promis par François ­Hollande et le dynamitage annoncé des niches ­fiscales, des milliers de contribuables fortunés n’ont plus que cette idée en tête. «Ils sont bien mal informés, car la France est l’un des plus beaux paradis fiscaux d’Europe», s’amuse Olivier Riffaud, un ex de Bercy qui a créé son cabinet d’avocats fiscalistes. Même en cas de victoire du candidat socialiste, ce sorcier de «l’optimisation» garantit un taux d’imposition maximal de 20% à ses clients.

Il fait partie de cette nouvelle vague de fiscalistes de gros calibre qui mènent la vie dure à leur ancienne administration. Début avril, devant la commission d’enquête du Sénat sur l’évasion fiscale, Thierry Nesa, le patron de la DNVSF (la ­Direction nationale de vérification des situations fiscales, qui surveille les très gros revenus et patrimoines), a dénoncé la sophistication croissante des techniques utilisées par les contribuables. Certaines sont parfaitement légales. D’autres sont un peu limites ou s’assimilent carrément à de la fraude. Mais toutes ces recettes donnent d’excellents résultats. A condition, bien sûr, qu’on soit suffisamment riche pour pouvoir en profiter, ce qui n’est pas à la portée du premier cadre supérieur venu ! Dans la plupart des cas, elles font en effet appel à des montages complexes et exigent une mise initiale non négligeable. En voici quelques-unes, donc, puisées dans l’arsenal secret des avocats.

La dissimulation de patrimoine en bien professionnel : Illégal
«On tombe parfois sur des gens d’âge canonique prétendant conserver des responsabilités opérationnelles au sein de la société dont ils sont propriétaires», sourit Thierry Nesa, directeur de la DNVSF. Pour en persuader le fisc, ces roublards présentent des documents signés de leur main, issus de réunions auxquelles ils n’ont manifestement jamais assisté. L’arnaque, qui vise à transformer leur entreprise en «outil de travail» afin de l’exonérer d’ISF, n’est certes pas nouvelle. Mais comme même les hommes de Bercy ont souvent beaucoup de mal à en fournir la preuve, elle continue d’être utilisée à grande échelle par les papys fraudeurs.

 

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1