Archive pour juin, 2012

LES AMOURS MARGINALES – A LYDIE – poème de F. R. DE CHATEAUBRIAND +chanson « il suffirait de presque rien » chantée par S.REGGIANI

A Lydie (Imitation d’Alcée, poète grec) – François-René de Chateaubriand

 

Londres, 1797.
.
Lydie, es-tu sincère ? Excuse mes alarmes :
Tu t’embellis en accroissant mes feux ;
Et le même moment qui t’apporte des charmes
Ride mon front et blanchit mes cheveux.

Au matin de tes ans, de la foule chérie,
Tout est pour toi joie, espérance, amour ;
Et moi, vieux voyageur, sur ta route fleurie
Je marche seul et vois finir le jour.

Ainsi qu’un doux rayon quand ton regard humide
Pénètre au fond de mon coeur ranimé,
J’ose à peine effleurer d’une lèvre timide
De ton beau front le voile parfumé.

Tout à la fois honteux et fier de ton caprice,
Sans croire en toi, je m’en laisse enivrer.
J’adore tes attraits, mais je me rends justice :
Je sens l’amour et ne puis l’inspirer.

Par quel enchantement ai-je pu te séduire ?
N’aurais-tu point dans mon dernier soleil
Cherché l’astre de feu qui sur moi semblait luire
Quand de Sapho je chantais le réveil ?

Je n’ai point le talent qu’on encense au Parnasse.
Eussé-je un temple au sommet d’Hélicon,
Le talent ne rend point ce que le temps efface ;
La gloire, hélas ! ne rajeunit qu’un nom.

Le Guerrier de Samos , le Berger d’Aphélie,
Mes fils ingrats, m’ont-ils ravi ta foi ?
Ton admiration me blesse et m’humilie :
Le croirais-tu ? je suis jaloux de moi.

Que m’importe de vivre au delà de ma vie ?
Qu’importe un nom par la mort publié ?
Pour moi-même un moment aime-moi, ma Lydie,
Et que je sois à jamais oublié !

François-René de Chateaubriand

Serge REGGIANI « Il suffirait de presque rien…

année 1968

 

 

Deux hommes d’âge mûr et talentueux aiment chacun  une jeune femme et en sont aimés en retour.

Il y a 171 ans d’écart entre les deux histoires d’amour.

Regardons comment le sujet est abordé :

- en 1797  par FRANCOIS RENE DE CHATEAUBRIAND  dans un poème « A Lydie »

- en 1968 dans une chanson chantée par SERGE REGIANI  « Il suffirait de presque rien« 

 

A mon avis, tous deux sont conscients de l’étrangeté de la situation, quand à ces demoiselles recherchent-elles la sécurité d’un « papa » ou sont-elles obnubilées par le talent de ces Messieurs  ? ?  Il reste encore l’appât de l’argent tant convoité à notre époque, et qui a existé de tous temps également. Ou bien, encore un amour sincère  ?  ne dit-on pas : « le coeur a ses raisons que la raison ignore ». En prolongeant l’analyse, on peut voir également sur un plan ésotérique ,que deux âmes qui se sont aimées très fort dans une vie antérieure, se retrouvent dans la vie présente.


 

 

retour en arriére avec des chansons qui restent éternelles****

 

Un jour tu verras
On se rencontrera
Quelque part, n’importe où
Guidés par le hasard

Nous nous regarderons
Et nous nous sourirons
Et la main dans la main
Par les rues nous irons

Le temps passe si vite
Le soir cachera bien
Nos coeurs, ces deux voleurs
Qui gardent leur bonheur

Puis nous arriverons
Sur une place grise
Où les pavés seront doux
A nos âmes grises

Il y aura un bal
Très pauvre et très banal
Sous un ciel plein de brume
Et de mélancolie

Un aveugle jouera
D’l'orgue de Barbarie
Cet air pour nous sera
Le plus beau, le plus joli

Puis je t’inviterai
Ta taille je prendrai
Nous danserons tranquilles
Loin des bruits de la ville

Nous danserons l’amour
Les yeux au fond des yeux
Vers une fin du monde
Vers une nuit profonde

Un jour tu verras
On se rencontrera
Quelque part, n’importe où
Guidés par le hasard

Nous nous regarderons
Et nous nous sourirons
Et la main dans la main
Par les rues nous irons

 

 

 

Donnez votre avis sur cette situation qui se banalise de plus en plus.

 

 

ooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

signification des termes suivants :
LE GUERRIER DE SAMOS et LE BERGER D’APHELIE : Publiés dans les oeuvres de CHATEAUBRIAND

(dans le poème, CHATEAUBRIAND parle du « GUERRIER de SAMOS », et du » BERGER D’APHELIE » comme de « ses fils » célèbres qui auraient inclinés vers lui l’amour de LYDIE PAR ADMIRATION. En clair il soupçonne LYDIE d’être amoureuse de l’écrivain renommé qu’elle voit en lui, non pas de l’homme tout simplement. Il se dit donc « jaloux de lui-même »

 

 

- SOMMET DE L’HELICON

Mont Hélicon
Helikonmountainascent.JPG
Géographie
Altitude 1 748 m, Palaiovouna
Coordonnées LES AMOURS  MARGINALES - A  LYDIE - poème de F. R. DE CHATEAUBRIAND +chanson 38° 21′ 10″ Nord
22° 49′ 21″ Est
Administration
Pays Drapeau de Grèce Grèce
Périphérie Grèce-Centrale
Nome Béotie

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)

 

Mythologie et histoire

 

Célébrée comme l’une des deux retraites des Muses avec le mont Parnasse, il comportait un ancien sanctuaire, le Muséion, sur le versant nord-est du mont, non loin de la cité de Thespies. Il fut pillé par Constantin Ier, et ses statues furent enlevées et placées à Constantinople.

 

Les muses gardant les moutons inspirèrent à Hésiode, dit-il, sa Théogonie, laquelle s’ouvre par cette invocation :

 

« Pour commencer, chantons les Muses héliconiennes, reines de l’Hélicon, la grande et divine montagne. Souvent, autour de la source aux eaux sombres et de l’autel du très puissant fils de Cronos, elles dansent de leurs pieds délicats. Souvent aussi, après avoir lavé leur tendre corps à l’eau du Permesse ou de l’Hippocrène ou de l’Olmée divin, elles ont, au sommet de l’Hélicon, formé des chœurs beaux et charmants, où ont voltigé leur pas. »
(trad. Paul Mazon)



 

 

 

FLUX RSS

 

 

TRAVAILLER ? POURQUOI ? (MONSIEUR MONDIALISATION)

Brève critique sur la société travailliste actuelle. « Travaill…

 

SUJET  SCABREUX

 

Que pouvons-nous dire après ce documentaire    ?

Il n’y aurait pas de solution aux problèmes  ?

Ne pas travailler ?? très bien, mais comment faire pour gagner notre vie ?? Les très riches ne voudront jamais partager ! ils tiennent à leurs privilèges.

Il est vrai que nous ne pourrons pas indéfiniment produire des voitures par exemple : on n’achète pas une voiture tous les jours,  ni une machine à laver le linge , ni les appareils electro-ménagers !

La seule chose qu’on utilise tous les jours, ce sont les produits alimentaires, l’eau, certains produits d’entretien, certains produits pour l’hygiène.

Pour le chauffage et le transport, les énergies arriveront à manquer.

 

QUE FERONS-NOUS  ALORS  ?????????????

 

 

 

 

DONNEZ VOTRE OPINION SUR LE SUJET

 

 

 

FLUX

 

L’ANGOISSE DU LENDEMAIN : la motivation au travail – le chômage

le poinçonneur des Lilas. GAINSBOURG.

 

Je suis le poinçonneur des lilas
Le gars qu’on croise et qu’on ne regarde pas
Y a pas de soleil sous la terre, drôle de croisière
Pour tuer l’ennui, j’ai dans ma veste
Les extraits du Reader’s Digest
Et dans ce bouquin y a ecrit
Que des gars se la coulent douce à Miami
Pendant ce temps que j’fais le zouave
Au fond de la cave
Parait qu’il y a pas de sots métiers
Moi je fais des trous dans les billets

J’fais des trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous
Des p’tits trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous
Des trous de seconde classe, des trous de premiere classe.

J’fais des trous, des p’tits trous, encore des p’tits
Des p’tits trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous
Des petits trous, des petits trous, des petits trous, des petits trous

Je suis le poinçonneur des lilas,
Pour Invalides changer à l’Opéra,
Je vis au coeur de la planète
J’ai dans la tête un carnaval de confettis
J’en ammene jusque dans mon lit.
Et sous mon ciel de faïence
Je ne vois briller que les correspondances

Parfois je rêve, je divague, je vois des vagues
Et dans la brume au bout du quai
Je vois un bateau qui vient m’chercher

Pour sortir de ce trou, je fais des trous
Des p’tits trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous

Mais le bateau se taille
Et je vois que je déraille
Et je reste dans mon trou à faire des p’tits trous
Des petits trous, des petits trous, des petits trous, des petits trous

Je suis le poinçonneur des lilas,
Arts et Métiers direct par Levallois
J’en ai marre, j’en ai ma claque de ce cloaque.
Je voudrais jouer la fille de l’air
Laisser ma casquette au vestiaire.

Un jour viendra, j’en suis sur
Où je pourrai m’évader dans la nature
J’partirai sur la grand route
Et coute que coute
Et si pour moi il est plus temps
Je partirai les pieds devant.

J’fais des trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous
Des p’tits trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous

Y a d’quoi devenir dingue
De quoi prendre un flingue.
S’faire un trou, un p’tit trou, un dernier p’tit trou.
Un p’tit trou, un p’tit trou, un dernier p’tit trou

Et on me mettra dans un grand trou.
Et j’n'entendrais plus parler de trous
Des petits trous, des petits trous
Des petits trous, des petits trou

 

Rien n’est plus démoralisant que de faire un travail qui vous pèse, comme dans la chanson de Serge Gainsbourg, un travail par trop routinier que l’on peut assimiler au travail à « la chaine » comme dans le film  « les temps modernes » ci-dessous

 

Charlie Chaplin Les temps modernes (Engrenage)…

Voici un passage du roman de CELINE  « LE  VOYAGE AU BOUT  DE LA NUIT  » où il essaie de se faire embaucher.chez FORD à NEW-YORK

- Entretien pour être embauché sur une chaîne chez F O R D à New-York

Ca ne vous servira à rien ici, vos  études, mon garçon ; vous n’êtes pas venu ici pour penser, mais pour faire les gestes qu’on vous commande d’exécuter.

Nous n’avons pas besoin d’imaginatifs dans notre usine, c’est de chimpanzés dont nous avons besoin…. Un conseil encore : ne nous parlez plus jamais de votre intelligence ! on pensera pour vous mon ami ! tenez-vous- le pour dit.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Cette façon de travailler a été inventée par l’Ingénieur américain Frédérick Winslow Taylor : sa méthode s’appelle : 

 

LE TAYLORISME

A lire sa méthode il prenait tous les travailleurs pour des esclaves ! !  (la compassion n’habite pas tout le monde hélas !)

Le taylorisme est une méthode de travail qui tire son nom de son inventeur, l’ingénieur américain Frederick Winslow Taylor (1856-1915). Apparue vers 1880, elle préconise l’organisation scientifique du travail au moyen d’une analyse détaillée des modes et techniques de production (gestes, rythmes, cadences, etc.) visant à établir « the one best way », c’est-à-dire la meilleure façon de produire (définition, délimitation et séquençage des tâches), de rémunérer (passage du salaire à la tâche au salaire horaire), et finalement d’obtenir des conditions propres à fournir le rendement maximum.

La critique du taylorisme

Si l’intention initiale est d’organiser les ateliers et les postes de travail pour une moindre fatigue de l’ouvrier (la juste journée de travail), le résultat final obtenu, constaté sur le terrain, ne comporte pas que des aspects positifs.

  • Du fait qu’il n’y a aucune place pour l’imprévu, les opérateurs exécutants sont placés dans une situation de dépendance. Chaplin, dans le film Les Temps modernes, tourne en dérision cette méthode de travail qui laisse peu de place à l’être humain. Les ouvriers sont utilisés comme des machines : ils effectuent continuellement le même geste, sont chronométrés et ils sont licenciés dès lors qu’ils ne sont plus suffisamment productifs.
  • La répétition indéfinie des mêmes tâches se traduit par :

En février 1913, l’Union corporative des ouvriers mécaniciens, dans un tract syndical contre le taylorisme appelant à la grève, explique : « Les choses les plus monstrueuses ont été cyniquement divulguées : l’ouvrier réduit à l’état de brute, à qui il est interdit de penser, de réfléchir ; à l’état de machine sans âme, produisant intensivement avec excès, jusqu’à ce qu’une usure prématurée, en faisant une non-valeur, le rejette hors des ateliers. »

 Travailler dans de mauvaises conditions est très pénible, mais il faut bien s’assumer et faute de mieux, on fait contre mauvaise fortune bon coeur. Mais il est une situation bien plus difficile encore c’est le chômage : la descente aux enfers !

Eddy MITCHEL dépeint très bien la situation dans sa chanson  « Il ne rentre pas ce soir »

Miniature
Il écrase sa cigarette
Puis repousse le cendrier,
Se dirige vers les toilettes,
La démarche mal assurée.
Il revient régler ses bières,
Le sandwich et son café.
Il ne rentre pas ce soir. -2-
Le grand chef du personnel
L’a convoqué à midi :
« J’ai une mauvaise nouvelle.
Vous finissez vendredi.
Une multinationale
S’est offert notre société.
Vous êtes dépassé

-3-
Et, du fait, vous êtes remercié. »
Il n’y a plus d’espoir, plus d’espoir.
Il ne rentre pas ce soir.
Il s’en va de bar en bar.
Il n’y a plus d’espoir, plus d’espoir.
Il ne rentre pas ce soir.

-4-
Il se décide à traîner
Car il a peur d’annoncer
A sa femme et son banquier
La sinistre vérité.
Etre chômeur à son âge,
C’est pire qu’un mari trompé.
Il ne rentre pas ce soir.

-5-
Fini le golf et le bridge
Les vacances à St Tropez,
L’éducation des enfants
Dans la grande école privée.
Il pleure sur lui, se prend
Pour un travailleur immigré.
Il se sent dépassé

-6-
Et, du fait, il est remercié.
Il n’a plus d’espoir, plus d’espoir.
Il ne rentre pas ce soir.
Il s’en va de bar en bar.
Il n’a plus d’espoir, plus d’espoir.
Il ne rentre pas ce soir.

1992-musique de Pierre Papadiamandis
paroles de Claude Moine

EN RESUME
De tout temps la condition ouvrière a été pénible, c’était comme dit COLUCHE  :
« L’exploitation de l’homme par l’homme »
les « temps modernes  » ne nous ont pas apporté beaucoup de changement : le travail en usine n’est pas facile, et souvent il est mal rémunéré, mais le pire de tout, c’est la fermeture des usines, l’obligation de rechercher du  travail, un nouveau travail qui  mène les ouvriers à se former, et se reconvertir .Tous n’ont pas le désir de le faire, ils atterrissent donc au chômage
Je dépeins ici le travail en usine, mais la même chose se vérifie, dans le tertiaire (Banques, Assurances, travaux de bureau etc..) en clair , pour les salariés dans leur ensemble, rien ne va plus. Nous ne sommes pas compétitifs par rapport aux Entreprises Mondiales : Nous sommes le pays qui travaille le moins, dont le coût salarial est bien trop élevé, et dont les Chefs des Grandes Entreprises s’attribuent une rémunération sans communes mesures avec ce que gagnent leurs subordonnés.
COMMENTEZ
FLUX RSS

Monsieur le Président, je vous fais une lettre…..

augmentation du SMIC  : 2 %- 1,4  %  = un « coup de pouce » de 0,6 %

penser que la croissance refleurira avec si peu de moyens , c’est se moquer du monde , sans compter que les  hausses d’impôts qu’on nous prépare, ne nous engageront pas non plus à faire des dépenses supplémentaires.

En clair ce n’est pas le moment de faire des dépenses inconsidérées, les charges de toutes sortes augmentent, des licenciements s’organisent, le chômage gonfle , il a gonflé de 2,5 % ce mois-ci

Comment faites-vous pour rêver Monsieur HOLLANDE  ??  J’espère que vous n’espérez pas que les Français se mettent à faire des dettes comme les pays de la zone EURO, juste pour vous donner raison et acheter à tout va…….. cela ne serait pas raisonnable, et vous êtes un Président raisonnable, ou du moins vous vouliez qu’on le pense : 51 % l’ont cru , et 49 % étaient sceptiques lors de l’élection Présidentielle, mais au fil des jours, vous verrez que les chiffres s’inverseront.

Comme l’explique certains commentateurs spécialisés en politique :

« La politique ce n’est pas toujours faire, mais c’est  surtout faire croire!  je crois que de ce point de vue vous avez excellé, vous avez en effet su faire croire, mais la frustration des plus malheureux ne saurait vous porter chance.

Un mois après votre élection, vos prévisions ne s’avèrent pas favorables, c’est ce qu’en pense bon nombre d’économistes, ils voient votre chemin national et européen semé d’embûches.

BON  COURAGE  MONSIEUR  LE PRESIDENT !

 

 

COMMENTEZ

 

FLUX

 

JOSELITO – la précocité enfantine aboutit rarement à un adulte épanoui…

Un enfant précoce est rarement heureux quelque soit le milieu dont il est issu. Il est toujours en décalage avec ses amis, avec sa famille. Il se sent mal à l’aise puisque différent des autres ; il évolue dans une sphère autre que ses congénères, Il  a toujours un train d’avance qui l’emmène vers une solitude souvent destructrice.

 

J’ai écouté avec ravissement la « CAMPANELLA DE PAGANINI »   interprétée par SALVATORE ACCARDO, et cela m’a fait souvenir une ancienne chanson que voici chantée par  « JOSELITO »   » l’enfant à la voix d’or ».

 

 

Joselito canta Violino Tzigano(Violin Gitano)

 

 

Image IPB Joselito Jiménez Fernàndez

s

JOSELITO - la précocité enfantine aboutit rarement à un adulte épanoui... dans enfant joselito_1

José Jiménez Fernández

 

José Jiménez Fernández, dit Joselito, né le 11 février 1947 à Beas de Segura (Andalousie), est un chanteur prodige espagnol des années 1950-1960.Découvert par Luis Mariano, il commence sa carrière à l’âge de 13 ans, bien que les studios producteurs de ses films ont longtemps prétendu qu’il avait commencé sa carrière à l’âge de 9 ans et qu’il était né en 19471. Il tourne quatorze films musicaux de la série Joselito entre 1956 et 1969.

Il se produit dans le monde entier et apparaît même trois fois dans le Ed Sullivan Show. Adulte, il ne trouve plus le succès malgré des tentatives régulières de come-backs. Il disparaît quelques années en Afrique. En 1990, il est arrêté pour trafic d’armes et de drogue en Angola, puis renvoyé dans son pays natal. Il devient ensuite viticulteur dans la région de Valence.

  1. Joselito, el Pequeño Ruiseñor, interpreta Granada.

    Vues

    Joselito was one of the most popular—and most recorded—singing…

Joselito : chanteur prodige espagnol des années 1950-1960

  1.  

    Biographie

     

    De tous les enfants prodiges révélés par le cinéma, aucun n’a suscité un tel engouement des foules. Aujourd’hui, Joselito est entré dans la légende du septième art et a une place au rang des plus grandes idoles. Le public qui favorisa ses premiers pas dans les années 1960 lui reste attaché et les nouvelles générations « découvrent » celui que l’on a surnommé « l’enfant à la voix d’or », grâce aux DVD et d’Internet.

    Joselito est né dans un tout petit village de la province de Jaen en Andalousie (au sud de l’Espagne), au sein d’un modeste foyer. Mais la dure réalité dans l’Andalousie de cette époque marquera à jamais le regard de Joselito. L’Espagne de l’après-guerre est particulièrement touchée par la famine et une économie désorganisée, nous racontera plus tard Joselito. Le petit Joselito a vu des enfants mourir de faim autour de lui ; quand on a 4 ans et que l’on voit de telles injustices, on mûrit très vite.

    José grandit dans la banlieue des gitans de Vista Alegre. « Anton, le chef des gitans, m’a appris à danser sur la table. » Le petit Joselito chante pour gagner un peu d’argent. « Il se trouve que je ne me suis pas mis à chanter pour le plaisir, mais plutôt pour pouvoir gagner ma vie », confiait-il.

    Plus tard, il quitte Beas de Segura pour Utiel, ville située à l’ouest du célèbre port de Valence. Un jour, un ami de la famille obtient que José participe à un festival à Valence. C’est là que sa silhouette menue, l’expression charmante et pleine de sensualité de son visage et sa voix bien modulée sont remarquées (phénomène rare chez un enfant de cet âge. Joselito avait une voix forte comme celle d’un adulte et possédait son « instrument vocal » pleinement ; il faisait ce qu’il voulait de sa voix). Luis Mariano, alors à l’apogée de sa gloire, entend le petit prodige et fait cette déclaration : « Si j’avais entendu Joselito 10 ans plus tôt, je n’aurais jamais osé chanter en public. » D’ailleurs, la « légende » nous dira que quelques-uns des plus grands chanteurs de l’époque auront refusé de jouer dans un film avec le petit Joselito, de peur de se faire voler la vedette. Tous reconnaissaient le talent inimitable de cet enfant prodige.

    Sa première télévision, Joselito la fera à Paris où Luis Mariano deviendra son parrain artistique. La renommée de cet enfant éveillé, toujours prêt à sourire, et de sa voix de cristal s’étend avec une rapidité prodigieuse et le premier film est tourné en 1956 sous la direction d’Antonio Del Amo (« Le petit vagabond »), film qui bat toujours en Espagne tous les records de location. Et c’est le même phénomène à travers le monde. Quatorze films de 1956 à 1968 seront ainsi distribués dans le monde entier et les gens en redemanderont encore et encore. Parallèlement, les chansons des films sont gravées en vinyl et Joselito devient une des grandes vedettes avec Elvis Presley dans le catalogue R.C.A.

    Un logo scintille désormais et s’inscrit dans les mémoires : Joselito, « l’enfant à la voix d’or », est adulé dans le monde entier et c’est la « Joselitomanie ». Partout, de l’Espagne en passant par l’Allemagne et jusqu’en Amérique du Nord, les salles de cinéma, télévisions publiques et privées, les radios s’arrachent les films et les disques de Joselito. Des anecdotes viendront émailler cette gloire. Il chantera en privé dans le ranch du Président des États-Unis, Lyndon Johnson, il fera la connaissance de Che Guevara et de Fidel Castro en pleine révolution cubaine. Il sera reçu par le pape Jean XXIII, dînera avec le Roi Baudouin et la Reine Fabiola de Belgique. Il participera aux plus grandes émissions télévisées aux États-Unis et, événement rare chez les artistes de l’époque, il sera trois fois l’invité de la célèbre émission télévisée : The Ed Sullivan Show. Le jeune Espagnol effectuera plusieurs tournées en Amérique latine et quelques pays du monde entier, et donnera en 1965 un récital à l’Olympia de Paris où le public l’acclame à tout rompre.

    Si un véritable conte de fées porte Joselito, tout n’a pas été facile pour le jeune garçon. Comme pour bien des enfants vedettes de cette époque, on exigea de lui qu’il travaille sans relâche et il sera soumis à des « traitements » pas toujours « acceptables » !

    En 1996-1997, il fera quelques apparitions télévisées et sera reçu par René-Jean (Auteur-compositeur-interprète au Québec) et Jean Pilote (producteur) à Montréal et celui-ci sera agréablement surpris par la réaction d’un public qui ne l’a pas oublié, si bien qu’il se laissera convaincre d’enregistrer un nouvel album en français et interprétera une chanson (Chante, chante) écrite (parole et musique) par René-Jean, devenu désormais son fidèle ami. Joselito enregistrera cette chanson à Montréal, en duo avec un jeune Québécois que sa mère avait baptisé Joselito, en l’honneur de l’idole de son enfance.

    Au Québec, René-Jean déclarera : « on n’a pas le droit de jeter à la poubelle ou de laisser sombrer dans l’oubli, les œuvres d’un enfant qui aura sué de tout son labeur pour un monde qui lui aura tellement demandé et exigé. » En visionnant les films de joselito, il est impensable de croire que ce jeune homme ait 13 ans au début de sa carrière, il suffit de regarder ces premiers films en noir et blanc pour s’apercevoir que cet enfant a débuté à un âge bien plus jeune.

Devenu un homme JOSELITO chante toujours bien, mais on ne lui accorde plus autant d’intérêt : ce n’est plus le petit prodige des années 1960  qui exprimait sa douleur en chantant avec une sensibilité extraordinaire  , à vous donner le frisson.

Voilà un aperçu de son talent  à l’âge de la maturité

INÉDIT COLLECTION RENÉ ONA

  1. Autant de gloire pour tomber dans l’oubli !  il y a de quoi  « péter les plombs  »

  2. .

  3. COMMENTEZ
  4. FLUX  RSSVues
123456

nouvel6ordre6mondial6danger |
Lapremiereclasseucao |
La debrouille solidaire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Isabellule
| Animateur2011
| Collegederosso1